Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 26 septembre 2010

Képis bleus, képi blanc, béret rouge

Qui a dit que l'édition n'avait pas la pêche ? En quelques jours, une rafale de livres très différents viennent éclairer la bulle Défense, avec des résultats, évidemment très différents.
Daniel Cerdan dit "Marcel" raconte sa vie de gendarme en toute simplicité (1). Celle du brevet 54 obtenu au GIGN, mais aussi de l'homme chargé de protéger pendant 12 ans François de Gossouvre, dans le secret des alcôves de l'Elysée, avant, encore plus tard, d'en prendre le commandement de la Garde. Le même qui a aussi été déployé en Côte d'Ivoire, en bleu, mais cette fois sous un béret.
"Marcel" n'oublie pas, évidemment, de décrocher deux-trois directs sur la maison d'en face -la police-. Un livre à lire d'une traite.
Michel Bernard dit "Grand", un autre ancien de l'EPIGN (11 ans) et du GIGN (7 ans), est quant à lui réédité chez Nimrod, dans une version revue et augmentée que j'attaque ce soir. Le temps d'un secret est un livre à lire, ou relire, écrit par une personnalité riche, qui n'hésita pas à accompagner, en Afghanistan, Christophe de Ponfilly -auteur d'un documentaire alternatif sur le GIGN-. Difficile d'isoler un passage saillant, dans un tel livre ou tout est dense.
A lire aussi pour une belle préface de Gilbert Thiel, et pour la préface originelle de Christophe de Ponfilly.
Changeant de couleurs et de ton, on découvrira Légion étrangère, les soldats perdus de la République, titre qui a le mérite d'annoncer sans détours le contenu du livre. Essentiellement à charge, sur la base de développements d'une série de faits divers qui ont touché les rangs de la Légion. Et qui sont devenus autant de dossiers soulevés par l'ADEFDROMIL (association de défense des droits des militaires, fondé par un ancien capitaine issu des troupes de marine). Les auteurs, Stéphane Rodriguez et Benoist Simmat n'oublient pas, d'ailleurs, cette association, à l'origine de bien de témoignages, dans leurs remerciements.
Ceux qui n'aiment pas la Légion achèteront ce livre, redisons-le, un peu déséquilibré, et ceux qui l'aiment... aussi : la seule différence étant vraisemblablement sur l'appréciation qu'ils en feront, travail méritoire pour les premiers, brûlot pour les seconds.
C'est, cependant, un travail symptomatique : quoi qu'on pense du contenu, l'armée aura forcément, dans le futur, ce type d'écrits contre elle à chaque fois qu'elle niera l'évidence, ou qu'elle laissera trop de zones d'ombres sur elle. Et les occasions ne manquent pas.
Last but not least, je signale aussi la parution très prochaine du livre-évènement sur les SAS français, un travail méritoire de mémoire effectué par David Portier que tout para devrait lire. Et par delà, tout citoyen de 2010 qui s'interroge sur le passé. Un livre sur ceux qui ont dit "non", quand les circonstances l'exigeaient : ils méritaient bien ce livre, ils méritent encore bien plus, avant qu'il n'y en ait tout simplement plus.

(1) Dans les coulisses du GIGN, Calmann-Levy, 15 euros.
(2) Editions Nimrod, 21 euros.
(3) Calmann-Levy, 16 euros.
(4) Nimrod, 59 euros, 568 pages.