Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 19 juillet 2009

Juste pour mémoire

Il y a 67 ans, la France raflait 13.152 juifs, dont 4.115 enfants. Puis les livrait à l'Allemagne, qui n'avait rien demandé. Juste le zèle de Français, quelques hauts fonctionnaires, donnant un ordre qui foulait aux pieds des centaines d'années d'histoire française. Et condamnait ces raflés à la mort.
Sarah avait 14 ans en 1942. Elle a raconté, ce matin, à quelques pas de la rue Nélaton, ce qu'elle a vécu, ce terrible 16 juillet. En voici quelques extraits.
"Le 15 juillet, une de mes camarades de classe m'a dit qu'un commissaire de police avait averti sa famille qu'il y aurait des rafles. Ma mère n'y a pas cru (...). Le matin du 16, la police est venue. Il y avait un inspecteur un civil, avec imper et chapeau comme dans les films, et un policier en uniforme. Mon nom n'était pas sur la liste, ma mère l'a fait remarquer. Le policier l'a inscrit. Ma mère a protesté. Le policier lui a dit : "madame, si vous faites un scandale, j'appelle police secours " (...). Quand nous sommes sorties dans la rue, il y avait là des familles entières, avec de maigres bagages, des matelas d'enfants. On nous a rassemblés dans un garage à l'angle de la rue de Belleveille et de la rue des Pyrénées. On a attendu là une heure puis on nous a entassés dans des bus à plateforme. On a traversé Paris, mais la ville était vide d'Allemands.
Nous sommes arrivés rue Nelaton, au vélodrome d'Hiver. Ma mère a demandé que nous puissions aller prendre quelque chose à manger dans un bar de la rue qui existe toujours. Un policier nous a accompagnées, et nous a ramenées au vélodrome d'Hiver. On entendait des histoires terribles : une femme s'était jeté du 3e étage d'un immeuble avec ses deux enfants, on avait tiré sur une femme dans la rue...
On a compris que nous n'avions pas été raflées pour aller travailler en Allemagne, puisqu'il y avait là des personnes âgées, des personnes handicapées. Ma mère m'a alors dit qu'il se préparait quelque chose de mauvais, et qu'il fallait s'évader à tout prix. Elle m'a donné un ticket de rationnement, et 100 francs, ce qui représentait une forte somme pour l'époque. J'ai rasé les murs, à reculons, jusqu' à un policier. Il m'a demandé ce que je faisais là : je lui ai dit que je venais voir quelqu'un. Il m'a dit : "foutez le camp !" et je suis sorti du vélodrome d'Hiver. Dans la rue, j'ai encore croisé deux policiers, qui ne m'ont rien demandé non plus.
Je dois ma vie à ces trois policiers, qui auraient pu me contrôler, et qui ne l'ont pas fait. J'ai réussi à prendre le métro jusqu'à la station Glacière. Et là, en descendant, je retrouve ma mère qui s'était échappée 20 minutes après moi. Nous avons pu rejoindre le domicile d'amis que nous avions dans ce quartier.
Nous avons vécu libre pendant près de deux ans, avant d'être dénoncées, et déportées dans le convoi n°75 du 30 mai 1944 pour Auschwitz."

Notre photo : Sarah, ce matin, à quelques pas de la rue Nélaton, où la police française l'avait amenée, il y a 67 ans.