Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 23 juillet 2009

Carpiagne : gare aux dérapages

Difficile de faire appel à la résilience des Marseillais, quand leur vie a été menacée, et que leurs biens ont été touchés. Des pillards en ont même profité pour faire le coup de main, dans la nuit.
C'est dire que l'ambiance risque de s'alourdir encore, dans les heures qui viennent, les déclarations du matin ayant donné un peu le ton.
Sans surprise, la communication a même été reprise par Matignon, dans le courant de la journée.
Avec des victimes aussi nombreuses, il faut des têtes, et c'est celle d'un adjudant d'une quarantaine d'années, "bien noté", "très expérimenté", apprend-on aussi, qui a été trouvée. Cela ne devrait pas suffire, d'autant plus que les gendarmes ont commencé à entendre, ce matin, les huit participants de la séance de tir d'hier. Il faudra comprendre comment le feu s'est déclenché, pourquoi des munitions interdites d'emploi étaient graillées, si ce sont vraiment des traçantes qui ont allumé le feu. Pourquoi, enfin, des dispositifs d'extinction d'incendie pourtant prévus pour celà n'ont pas permis d'éteindre un feu naissant. Tout celà à quelques kilomètres seulement de l'aéroport qui héberge une partie des bombardiers d'eau.
Des questions basiques, que le premier ministre, et ses ministres de la Défense et de l'Intérieur poseront sûrement au camp de Carpiagne, cet après-midi, et qui devront trouver des réponses précises et circonstanciées.
La passion entourant le fait divers devrait amener, assez vite, avoir des éléments sur l'écheveau des responsabilités. Les résultats de l'enquête de commandement, prévus mardi, étant sans doute trop lointains pour calmer tout le monde. Théoriquement, un enquête de commandement peut incriminer une chaîne de responsabilités assez large, et le brouillard médiatique l'entourant peut aussi faire son quota de dommages collatéraux (1).
Les consignes existent, puisque le feu le plus important de la saison l'année dernière, parti du camp de Canjuers (Var), avait amené l'armée de Terre à repréciser ses positions, encore diffusées en ce début d'été.
En tout état de cause, il sera difficile d'éteindre la passion politico-médiatico-populaire. L'été est en effet vide de nouvelles, et médiatiquement, l'affaire du jour à tout pour faire un sujet à feuilletons. On le sait, ce n'est pas dans ce genre que la presse brille toujours par son excès de pédagogie et de vérifications.

(1) il faut se souvenir que cinq militaires du 3e RPIMa avaient été suspendus à l'issue de la fusillade de Carcassonne, en juin 2008, et le GCP dissous. Le CEMAT, le général Bruno Cuche, avait démissionné. Lors d'un crash de Casa, en décembre 2003, trois officiers (dont le commandant d'escadron du Vercors et le chef du CIET) avaient été relevés. Leur chef direct, le général François Beck, avait quitté son poste de commandant la force aérienne de projection, à quelques semaines de son départ programmé.