Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 24 juillet 2009

Les enseignements d'une attaque

Quelques réflexions sur l'attaque de mardi en Wardak, sans oublier qu'un médecin militaire est actuellement hospitalisé, à Paris, et que deux autres militaires ont également été touchés.
Une attaque ciblée
Le Vabsan n'a manifestement pas été ciblé au hasard. Il se situait au juste milieu des cinq véhicules français (dont deux VAB ouvrant la marche, et un troisième la fermant), eux-mêmes positionnés au centre de la rame franco-afghane. Le Vabsan a-t-il été ciblé parce qu'il se situait au juste milieu du convoi, ainsi scindé en deux, ou parce que sa configuration le rendait différent des autres, et pour tout dire, facilement repérable ? Impossible à savoir sans le demander à ceux qui ont procédé à l'attaque. Mais ces derniers ont manifestement obtenu l'effet recherché. La dernière attaque par IED (réussie) en Wardak remonte à deux mois.
Celle-ci a employé un IED filiaire (difficile à détecter et à brouiller) positionné au centre de la piste. Un premier IED avait déjà frappé, mardi, un véhicule américain, à proximité, et un troisième a été découvert, dans cette zone, le même jour.
La bataille de la communication en ligne de mire
Et ce, d'autant plus que la revendication de l'attaque, même grossière (on parlait alors de quatre morts), a suivi, assez rapidement. C'est sytématique, qu'il s'agisse d'hélicoptères ou d'avions qui finissent au sol, ou de convoi attaqué : l'insurgé revendique. Il a même compris le parti qu'il peut tirer des rapprorts, jamais simples en Afghanistan, entre média et communicants militaires. Défiance parfois, et, dans le cas du jour, indifférence. Au final, et je trouve cela symptomatique, c'est un media alternatif -Secret Defense-, tenu par un journaliste spécialisé, à Paris, loin du Wardak, qui dévoile une attaque intervenue mardi. La culture de la transparence, pourtant nourrie par certaines déclarations encourageantes, a encore un peu de plomb dans l'aile. Et cela, au final, fera le jeu des insurgés, car un journaliste, aujourd'hui, peut légitimement se demander pourquoi il apprend seulement quatre jours après le bilan d'une attaque. Que des correspondants, à Kaboul, ne soient pas intéressés, passe encore, mais ce n'est pas toute la presse française... Perdre un conflit gagné en partie au niveau tactique, mais perdu au niveau médiatique, cela s'est déjà vu. L'Afghanistan constitue un excellent terreau pour une réédition. Comme pour y faire écho, une dépêche d'AP, aujourd'hui, livre un panel assez intéressant des opinions publiques occidentales, désormais très partagées, et même pour certaines, d'une courte tête, opposées à l'engagement de leur armée.
Les medics exposés
Les medics sont en première ligne, et maintenant encore plus que les autres. L'analyse des combats afghans démontre bien que ces spécialistes sont ciblés comme spécialistes, et parce que le soutien santé est désormais plus tactique qu'hier, il s'expose beaucoup plus. N'oublions pas que deux infirmiers (7% des pertes totales), Paré (commando marine, mort en 2006) et Penon (2e REP, mort le 18 août 2008) ont péri en Afghanistan. Le médecin du 35e RAP et son ausiliaire sanitaire ont été blessés, l'an dernier. Des véhicules avaient déjà fait l'objet de tirs ciblés, mais pas à ce niveau, en tout cas, pas au sein des forces françaises.

A (re)lire :
Le dernier numéro (juillet) de RAIDS, encore en kiosque, présente l'aguerrissement de ces spécialistes. Le numéro d'août dévoilera un autre aspect, inédit, de cette filière méconnue, et (malheureusement) très sollicitée en Afghanistan.