Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

lundi 1 novembre 2010

And the winner is... Watchkeeper ?

A Eurosatory 2010, un WK450 avec des cocardes françaises. Nous saurons (à partir de) demain si cette photo était ou non prémonitoire (crédit : Jean-Marc Tanguy).

Si le tableau brossé par le CEMA n'a guère varié, entre la commission de défense de l'assemblée nationale (6 octobre), et celle du Sénat (14 octobre), quelques différences notables étaient cependant audibles sur quelques sujets, comme celui de la coopération franco-britannique. Le CEMA a évoqué la succession du drone tactique SDTI -il n'en reste plus que six en Afghanistan...- comme jamais aucun responsable ne s'était aventuré, jusqu'alors à le faire. C'est le Watchkeeper de Thales, développé pour l'armée britannique qui est sorti de la casquette de l'amiral Guillaud ("il pourrait s'agir du drone Watchkeeper" a-t-il déclaré en évoquant la succession du SDTI), même si, s'interroge-t-il tout haut, les économies réalisées dans son achat (le développement a été payé par les Britanniques) peuvent se payer par la nécessité d'avoir deux régiment de génie en plus pour créer des pistes pour ce drone tactique. Et du coût de fabrication de ces pistes.
Force est, cependant, de reconnaître que sur tous les théâtres où est allé le SDTI (et le CL289), on trouvait des pistes pouvant permettre à un Watchkeeper de décoller. On ne devrait donc pas, a priori, avoir besoin de recréer deux régiments de génie. Le Lydian, standard intermédiaire entre le Hermes 450 et le Watchkeeper, pose depuis plusieurs mois sur des terrains particulièrement sommaires en... Afghanistan, à Camp Bastion notamment.
Aucun drone n'a été perdu, depuis le début du contrat Lydian, soutient Thales. Le bilan est quelque peu différent avec le SDTI, qui souffre de son mode d'atterrissage, peu compatible avec le féroce sol afghan. Comme ce blog l'a évoqué à moult reprises.
Le rapport est de un à trois entre les deux drones, si l'on considère l'autonomie. Entre outre, le Watchkeeper emporte un SAR-MTI (radar à ouverture synthétique et indicateur de mouvement). Bien qu'il ne soit qu'un drone tactique -particulièrement endurant cependant- c'est donc un complément du MALE de l'armée de l'air, dont il emporte la même famille de capteurs.
On sait que Thales, qui était déjà parti à la charge de la France à deux reprises, pour louer, puis vendre un système Watchkeeper, est encore revenu poster une offre non sollicitée. Peut-être, donc, la bonne.
En tout état de cause, l'organisation nouvelle mise en oeuvre par le 61e RA, régiment drones de l'armée de terre, dissocie les vecteurs du travail d'exploitation du renseignement. L'arrivée d'un vecteur britannique ne poserait donc pas le moindre problème.
Incidemment, et on l'aura compris, l'axe franco-britannique fragilise EADS, sorti de l'axe franco-allemand. Tandis qu'il peut profiter à Thales, dont la Grande-Bretagne est la première base, après la France. Sagem a aussi peut-être quelque carte à jouer.
En matière de drones, en tout cas, l'affaire est désormais clairement établie. Un opérationnel britannique sans doute échaudé par les factures (et les maux de têtes, dit-on) du Tornado, puis de l'Eurofighter, avait clairement dit que le futur drone MALE britannique serait développé en coopération avec la France. Mais qu'il était "hors de question" d'y associer les Allemands. C'était il y a un an, avant le régime maigreur. Ambiance...