Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 5 juillet 2016

La mission d'enquête parlementaire veut réduire Sentinelle

Aucun jeu de mots dans ce titre : la commission d'enquête parlementaire menée par Georges
Fennech (UMP) après les attentats de 2015 veut réduire le rôle de l'opération Sentinelle afin de la limiter à "la seule protection de certains points stratégiques". Aucun effectif, aucune explication ne vient éclairer ce choix, présenté dans la synthèse des propositions. Seulement deux sur 38 concernent directement le ministère de la défense.
L'autre concerne la systémisation de l'équipement en arme de poing, et la formation pour l'intervention en milieu clos. L'état-major de l'armée de terre a engagé la généralisation de l'arme de  poing pour les personnels de l'infanterie (mais tous n'en disposent pas, c'est facile à vérifier...) dont on ignore, par ailleurs, la représentativité au sein de Sentinelle.
Pour la formation au milieu clos, c'est un peu la même logique, les fantassins disposent théoriquement d'un meilleur fond de sac dans ce domaine, comparé aux autres armes. Mais le combat en milieu clos est surtout une histoire d'unités spécialisées (formées et équipées pour cela), que d'unités conventionnelles. Et, on le sait, la formation continue est un peu la sacrifiée de l'opération Sentinelle. Donc, cette conviction des rapporteurs de la commission d'enquête est fondée.
On sait que la commission avait émis des doutes sur le bien-fondé de Sentinelle : pourquoi mettre des militaires en armes si, en cas de crise, leur présence et celle de leurs armes ne permettait pas de venir en appui direct des primo-intervenants de forces de sécurité intérieure au Bataclan ? Le DGGN a lui aussi émis des réserves sur la présence de Sentinelle, lors de l'intervention de Saint-Denis qui avait suivi, constatant que ces militaires faisaient du "maintien de l'ordre" ce jour-là. Cette observation, lisible dans le rapport sur les opint, est doublée d'une autre, le DGGN proposant que Sentinelle se charge de certaines missions tenues actuellement par les gendarmes mobiles (garde statiques, escortes), qui pourraient alors se concentrer sur leur coeur de métier. Un gendarme mobile présent le soir du Bataclan aurait par exemple eu la possibilité de rentrer dans la salle de spectacle y faire son métier, alors que les Sentinelle ont manifestement reçu l'ordre, ce soir là, de rester sur une posture périmétrique. Une position mal comprise, au ministère de l'Intérieur. Et sans doute, par les familles des victimes, et les blessés. D'autant qu'elle n'a pas vraiment été justifiée, pour l'instant.
On peut d'ailleurs s'étonner que le rapport (qui n'est pas encore disponible à la lecture), n'évoque pas plus explicitement cette limite, pas plus, semble-t-il, que le rôle que peuvent tenir les forces armées (conventionnelles comme spéciales) dans la lutte contre le terrorisme sur le territoire national.
Même encore après les attaques de 2015, des limites organisationnelles -et peut-être légales- subsistent dans ce domaine, il serait peut-être opportun de se pencher sur ces entraves. Avant la prochaine attaque, de préférence.