Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 16 février 2010

La pose d'IED à 100 $

Le colonel Jean-François Martini, qui avait livré son témoignage de terrain comme superviseur des OMLT françaises d'avril à novembre 2009 face à la presse de défense, en janvier, a à nouveau été commis d'office, face aux députés, le 10 février. Ce type de témoignage, jusqu'alors peu courant, est poussé par certains responsables des armées, notamment dans l'armée de terre, afin de mieux faire percevoir certaines réalités aux relais d'opinion et d'occuper le terrain médiatique de l'Afghanistan.
Premières de ces réalités, la rémunération des insurgés, bien connue, mais pas toujours chiffrée. Le patron des OMLT relève ainsi que 80% de ces derniers sont des "contractuels". Dans le type de contrats réalisables, on trouve la participation à une pose d'IED, réglée entre 100 et 200 dollars. On apprend aussi qu'une bande insurgée compte en moyenne entre trois et 20 soldats.
La deuxième réalité porte sur les effectifs encore limités de l'ANA : "pour mener une lutte contre-insurrectionnelle efficace, on estime qu'il faut disposer d'un soldat pour 50 habitants, constate l'officier. Dans les régions du Wardak et du Logar, le ratio n'était que de 0,45 soldat pour 50 habitants. Faute de moyens, nous étions contraints de faire des choix en nous concentrant sur certaines zones de population".
Le colonel éclaire aussi le travail des OMLT. L'entraînement et l'accompagnement au combat comptent pour 70% du temps, le solde étant constitué par le L du sigle, la liaison, c'est-à-dire planifier des opérations avec les différents niveaux de l'ANA, et les forces de l'ISAF opérant dans la zone.
Enfin, il confirme la nécessité de développer les POMLT, domaine dans lequel la gendarmerie est en pointe, avec quatre unités en Surobi et en Kapisa, ainsi qu'une petite cellule de mentoring du QG, à Mahmud-e-Raqi. Mais ces succès ne se retrouvent pas partout, constate-t-il : "Les relations entre l'ANA et l'ANP sont mauvaises, l'armée s'efforçant de servir l'Etat lorsque certains policiers s'enrichissent particulièrement vite. Un grand nombre de mafieux se retrouvent au sein de l'ANP. Il a donc été décidé, au cours des mois de novembre et décembre derniers, d'accentuer les efforts en faveur de la formation. On avait pu constater au mois d'août précédent que la tentative de lever rapidement et sans véritable formation un grand nombre de policiers s'était soldée par un échec".