Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 14 février 2010

Opération conquérir les coeurs

L'opinion publique, c'est bien connu, cela n'existe pas, mais cela... sert. Particulièrement à la Défense, un des ministères français qui consomme le plus de sondages : seulement, cet indicateur parfois très utile peut s'avérer redoutable, quand il se retourne. Un article très complet de Barbara Jankowski (1) éclaire cette problématique dans la revue défense nationale. Cette responsable de programme à l'institut de recherche stratégique de l'école militaire (IRSEM) livre notamment quelques clés pour comprendre le retournement de l'opinion sur l'Afghanistan. Le passage clé est ici : " de nombreuses recherches américaines ont démontré que la thèse de l'aversion du public vis-à-vis des pertes humaines était un mythe (2). De fait, l'opinion publique est beaucoup plus tolérante envers les pertes subies par les soldats que ne le croient les décideurs politiques et la hiérarchie militaire. Le recul du soutien à un engagement militaire ne découle pas mécaniquement du nombre de soldats morts au combat. La tolérance de la population aux pertes humaines est, certes, une variable de son soutien mais elle résulte de deux facteurs majeurs : l'appréciation du caractère légitime de l'intervention d'une part, le degré de croyance dans le succès de l'opération d'autre part, sans compter les variables sociodémographiques et l'existence ou l'absence d'un consensus international. Comme l'écrivent Peter Feaver et Christopher Gelpi (...) : " le public n'est pas phobique des pertes, mais il est phobique de la défaite"".
Plus loin, l'auteur constate aussi : "le 18 août 2008, les Français ont pris conscience que l'opération, jusqu'alors présenté comme une opération de reconstruction du pays, avait changé de nature et, causant la mort de soldats, s'était transformée en guerre, terme que se refusent encore d'employer les responsables politiques. (...) La baisse du soutien à l'intervention en Afghanistan avait commencé bien avant l'embuscade."
Je ne résiste pas à vous citer encore un passage, pour la méditation dominicale : "l'information et la communication sur les opérations extérieures sont une dimension cruciale, mais totalement laissée de coté" explique la chercheuse qui poursuit : "le public n'appréhende pas suffisamment les liens entre une menace géographique éloignée et ses conséquences potentielles sur la sécurité de notre pays. Cela devrait faire l'objet d'une information régulière et pas uniquement sous forme de déclarations à chaud dont la crédibilité est susceptible d'être remise en cause".
Vous l'aurez compris, la lecture de la RDN s'impose, ce mois-ci.

Le + du Mamouth :
"Qu'est-ce qu'on dit de nous, qu'est-ce qu'on pense de nous ?" C'est la première question qu'on m'avait posée, quand j'avais mis le pied en Afghanistan, en novembre 2008. Ce besoin de légitimité et de soutien populaires est, même si tout le monde n'en est pas convaincu, le moteur d'un soldat, sinon un de ses moteurs. Du dernier des 2e classe au premier des généraux (l'un d'eux l'a encore redit aux rencontres Terre à l'assemblée nationale, mercredi), on reconnaît qu'il n'y rien de pire pour un soldat que de ne pas avoir avec lui le soutien de sa population. Un des sujets dont on reparlera forcément dans une année qui a déjà vu la mort de quatre soldats français : soit, en l'espace de moins de six semaines, 10% du total des morts. Dans une période traditionnellement calme, en plus.

(1) cet article devrait faire un peu de bruit, dans la lignée de celui d'un autre chercheur de l'IRSEM consacré à l'Afghanistan, Michel Goya (http://lemamouth.blogspot.com/2009/11/carnets-de-route-dun-colonel-en.html).
(2) j'en suis intimement convaincu, vu la résonance (pour le moins faible) qu'a la mort d'un soldat dans les média ou dans la population : allez dans les cours d'écoles, devant les machines à café, dans les églises, les comptoirs, si vous avez le moindre doute. Et regardez, en comparaison, la ferveur que déclenche les convois mortuaires dans les pays anglo-saxons.