Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 11 août 2009

Les retex d'Uzbeen (1ère partie)

Le premier retex d'Uzbeen est d'ordre médical. Depuis longtemps, sans doute le Liban, l'armée française n'a pas eu en un seul évènement générant autant de morts (1), mais sans doute aussi, autant de blessés d'un coup : une vingtaine, la plupart polycriblés. Dans l'attente des secours, les paras se soignent comme ils peuvent, avec leur trousse individuelle, livrée quelques semaines auparavant. A l'intérieur, pansement compressif, morphine : tous les soldats ont été formés à s'en servir, avant de quitter Castres. Il faut tenir, leur auxsan, le Clc Penon, a été tué en portant secours aux blessés.
Dans Sper Kundaÿ, comme le montre une photo parue (sans mention d'heure) dans le dernier Paris-Match, on met en place un secteur de première urgence, à "l'abri" des VAB (2).
Pendant ce temps, ce qu'on a vite oublié, un deuxième plot travaille : c'est celui constitué par les commandos parachutistes de l'Air -trois d'entre eux sont auxiliaires sanitaires- et le médecin du DETHELICO (appartenant à une base aérienne métropolitaine). Les deux Caracals du "Pyrénées" les ont déposés à leur première rotation, vers 18 heures, et ils vont s'avérer très utiles, autant que les renforts terrestres qui eux aussi commencent à arriver, vers cette heure-là. Un premier hélicoptère Medevac américain venu de Bagram, Dustoff 31, a préféré tourner bride après avoir été reçu, avec son escorte, par une volée de plomb. Le plomb est toujours là: dans la nuit naissante, la vallée d'Uzbeen illuminée de traçantes, ressemble à la "guerre des étoiles", mais les Caracal n'en ont cure, se camouflant dans les crêtes, comme les jeunes pilotes l'apprennent, en France, dans des séances dans les Pyrénées.
Les Caracal vont évacuer tous les blessés français, et même des blessés afghans, sur l'hôpital rôle 2 de Kaboul, exploité par le service de santé (SSA) français. Au matin, exténués, les équipages mettent un point d'honneur a aussi évacuer tous les morts français. Les équipages portent eux-mêmes les dépouilles.
En France, le SSA est déjà prêt à accueillir les survivants. Il active la chaîne d'évacuation d'urgence, dont le vecteur est fondé sur un C-135 de la 93e ERV appartenant aux forces aériennes stratégiques (FAS) doté d'un kit Morphée. Onze blessés, les plus touchés, seront ainsi évacués dans des conditions médicales parfaites, sans rupture. Des fourgons de la BSPP, pompiers militaires, attendent les blessés pour les transférer dans les hôpitaux militaires de la région parisienne.
Médicalement, il aurait été difficile de faire mieux. A ma connaissance, aucun des acteurs décrit dans ce post n'a reçu la moindre médaille ou citation pour le travail accompli.

(1) neufs paras sont morts à Sper Kundaÿ : 8 du 8e RPIMa, et leur auxsan, le Clc Penon, du 2e REP. Un marsouin du RMT sera tué dans la chute de son VAB quelques heures plus tard. Dans des conditions différentes, 9 Français avaient été tués dans le bombardement de Bouaké (Côte d'Ivoire) et 38 autres blessés, le 6 novembre 2004.
(2) si l'on considère ce qui est arrivé à certains d'entre eux, l'abri est tout relatif. Ce poste de secours pour le moins tactique est alors armé par des effectifs médicaux de la 11e BP, qui vont se charger du triage et des premiers soins. Le médecin qui oeuvrera pendant plusieurs heures ici a été récemment décoré, dans son régiment.

DEMAIN : LA SUITE