Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 6 août 2009

Les psyops françaises se renforcent en Afghanistan

La France était le dernier pays en Afghanistan à ne pas avoir encore mis le doigt concrètement dans le cambouis (l'engrenage diront certains), c'est désormais fait : elle fait officiellement des "psy ops", spécialité dont les modes d'actions tentent d'expliquer avec pédagogie à la population que tout va mieux, que les insurgés ont perdu, etc.
C'est un peu comme la communication militaire avec les journalistes, mais appliqué aux autochtones. Pas de briefings, pas de documents exclusifs, mais de l'affichette, du poste radio, de la conviction en vis-à-vis et... du courage, car la spécialité a du mal à percer dans les forces françaises.
Très en vogue chez la plupart des gros contributeurs de l'ISAF -l'Allemagne et les Eats-Unis ont même des unités Psy ops référencées comme telles-, les "opérations d'influence" (O.I) comme on préfère dire chez nous sont toujours restées hors des feux de la rampe, de peur de choquer les esprits, en métropole, et de réveiller ce que certains estiment de vilains souvenirs.
En Bosnie, dans les années 90, c'est le commandement des opérations spéciales (COS) qui mènent ces psy ops, avec un certain succès même. Mais déjà à l'époque, de vilaines querelles apparaissent sur les ondes, et c'est finalement les forces conventionnelles, qui finissent par l'emporter, après une longue bataille d'Hernani.
Les O.I sont alors rattachées au commandement de la force d'action terrestre (CFAT à l'époque, CFT aujourd'hui). Comme la spécialité, les effectifs totaux restent dans l'ombre, mais la réalité est là : les O.I se déclinent en Afghanistan, avec une petite dimension tactique (dévoilée, en Kapisa, dans le dernier numéro de RAIDS) et une, plus importante, à Kaboul, où est façonnée la matière, la bonne parole, en quelque sorte, à délivrer aux populations. On y dissèque donc tout, des rares (mais ils existent) sondages menés dans la populations afghane, aux rapports qui remontent du terrain.
Dans certaines zones du pays, mais on n'en est pas encore là pour ce qui nous concerne, on a même mis en place des chaînes de radio psyops. Au programme, prière et ... litanie des messages courts en faveur de gouvernement et de la coalition.
En Bosnie, on se limitait à la musique, qui comme chacun sait, adoucit les moeurrs.