Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 20 juillet 2016

Elles et ils veulent servir

Ils sont un peu plus de 260, dont 80 jeunes femmes, issus d'Ile-de-France et de Normandie : ces
élèves-réservistes devraient être, pour la plupart, sur le terrain à partir du 1er août, après une formation express de 15 jours réalisée dans un camp discret à laquelle j'ai pu assister.
La plupart de leurs cadres, à commencer par le lieutenant-colonel commandant le stage, sont des réservistes. Le chef du "P2" (2e peloton), un capitaine, a servi 38 ans en gendarmerie, avant de rempiler comme réserviste, à sa demande, dès son service actif terminé. Autour de lui, pour former les jeunes, un géomètre réserviste depuis 2002 ou un chef d'équipe dans un magasin, gendarme à temps partiel depuis 19 ans.
Un moniteur, incontournable dans chaque peloton pour assurer la justesse du geste, est fourni par un gendarme issu d'un PSIG de Normandie.
Les jeunes livrent sans retenue leur vocation pour la réserve. La parole est libre, loin des éléments de langage pré-écrits. Ils veulent "servir", "apporter de la sécurité", ils sont attirés par la "rigueur" du gendarme.
Et ils ne sont "pas du tout déçus", malgré le soleil de plomb qui a éclairci -un peu- les rangs depuis le début du stage, le 15 juillet.
Certains l'affirment spontanément, ce stage, puis la réserve, est un tremplin, ou une immersion, qui les conforte dans la volonté d'intégrer l'Arme comme gendarme adjoint volontaire, ou comme gendarme.
Le plus dur, confesse l'un d'eux, c'est... "de se lever". Il est vrai que la journée commence tôt, vers 5h45, sous le drapeau. Et se termine parfois tard.  Un jeune le décode avec finesse comme un test de plus pour voir comment ils se comportent avec leur arme, sous l'effet de la fatigue accumulée.
Aujourd'hui, pas de doutes, dans la mécanisation des gestes. Le résultat, dans le grand bain, le 1er août.

L'interpellation, un geste technique répété jusqu'à la perfection. (photo JMT)
Les femmes constituent un tiers des recrues de ce stage. Leurs motivations à rejoindre la réserve ne sont pas différentes de celles des hommes.
Contrôle de l'arme. Tout échec dans tout ce qui concerne l'usage et le port du Sig 20/22 est évidemment rédhibitoire pour être diplômé. Au P2, ils et elles ont manié une arme pour la première fois... il y a cinq jours.
La réserve est un peu victime de son succès, et le matériel manque pour les ateliers pratiques. Les stagiaires s'adaptent.
Au P2, les stagiaires ont entre 17 et 29 ans. Et le droit de pomper, pour renforcer la cohésion.