Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 21 juillet 2016

Après Nice et avant Bayonne

Comme c'est malheureusement souvent le cas, c'est après les attaques que les dispositifs sont durcis.
La leçon amère de Nice, ses 84 morts et ses centaines de blessés est visible depuis dans Paris. Sur les quais piétons (rive gauche), comme à Paris Plage (rive droite), des véhicules de police ont été mis en travers des accès qui vont vers les berges. Les trottoirs sont inacessibles, à un véhicule large, en tout cas. Problèmes, ces véhicules font normalement du police secours, cela obère donc la capacité de réaction de la police parisienne. Des personnels sont aussi obligés de rester en statique. Là où des blocs de béton suffiraient, pour le coup.

Des dispositifs anti-intrusion d'opportunité, pas forcément durcis, avaient été mis aux accès qui mènent à l'Elysée, après les attaques de janvier.
Des CRS étaient aussi ostensiblement en patrouille, hier, avec une AMD (celle de l'agence tous risques) ou du PM Beretta qu'on aperçoit dans tous les bons téléfilms des années 70 et 80 sur la mafia italienne. Certes on me rétorque souvent que ces armes sont sûres et précises, pour cela faudrait-il aussi... régulièrement tirer avec, or les dotations de la police ne sont pas au plus haut.
L'attaque de Nice aura eu pour effet de faire annuler des évènements festifs, la police n'ayant pas la possibilité d'assurer le service d'ordre. Seul Paris-Plage, une manifestation de la mairie de Paris a été maintenu.
L'autre effet c'est aussi évidemment de durcir le service sur les autres manifestations prévues en province, comme les fêtes de Bayonne, qui draînent un million de personnes. D'autres fêtes, dans le sud-ouest affichent aussi de belles concentrations de population.
A ce stade, le détail du plan de sécurité n'a pas été dévoilé, même si les syndicats s'inquiètent déjà, dans le droit fil du procès d'intention -une enquête de l'IGPN a aussi été ouverte- qui a suivi Nice.
Nice disposait d'une BRI et d'une antenne RAID en plus des effectifs de service général.
A Bayonne, le plus proche RAID est à Bordeaux (deux heures par la route), mais le 1er RPIMa n'est qu'à... un pas. Mieux, donc, que les 20 minutes prévues par Bernard Cazeneuve.
Un beau cas pratique, pour mesurer l'apport des forces spéciales à un plan d'urgence national de l'Intérieur, dont on a vu toutes les limites à Nice.
La question n'étant bien sûr pas de créer de nouvelles astreintes au régiment, qui n'en manque déjà pas. Mais qu'avant les soucis, les consignes et passerelles entre services aient bien été transmises et jetées, si d'aventure, le régiment était en mesure d'être utilisé, quel que soit son apport (tireur, véhicules, etc).