Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 20 janvier 2012

Quatre Français tués en Sud-Tagab (2e édition)

Une photo de la FOB Gwan datant de 2010, transmise par l'ECPAD. Les lieux ont notablement changé depuis.

Quatre soldats français ont été tués en Kapisa, a confirmé le chef de l'Etat, lors de ses voeux au personnel diplomatique. Le bilan des blessés évolue entre un minimum de 8 et  un maximum de 14 blessés (7 classe A, 7 classe B).
Le conseiller communication de l'EMA doit, à 12h30, donner de bref éléments d'explications à la presse. Selon des éléments convergents, le tir du soldat afghan vers les militaires français est intervenu à Gwan, dans la vallée de Tagab. La France y a deséléments, sur une FOB, sur laquelle sont également basés des Afghans.
L'EMA avait récemment montré un film illustrant l'arrivée de l'ANA sur place.
La succession de deux attaques de ce type va jetter l'incompréhension chez les soldats français, déjà circonspects sur une partie des soldats afghans avec qui ils travaillent. Et rendre complexe les éléments de langage de leurs cadres, en Kapisa, comme à Paris. Une forme d'angélisme était souvent audible, en contradiction avec les éléments du terrain. La raison ne risque pas de triompher, dans le courant de la journée et les jours qui viennent.
Sans vraie surprise, le président de la République a réagi violemment à ce deuxième épisode de tir de soldat afghan sur nos militaires. Cela augure mal d'un sommet franco-afghan, le 27 janvier. La violence du ton remettra peut-être en cause la signature du traité d'amitié franco-afghan, prévu ce jour-là.
Dans l'immédiat, le président renvoie en Afghanistan son ministre de la Défense, présent sur place il y a 20 jours. Un déplacement annoncé, qui devrait donc être placé sous très haute sécurité.
Déjà, pour le réveillon, le cabinet de Gérard Longuet avait évoqué des "problèmes de sécurité"  (un comble alors que le discours officiel ne fait état que de progrès) pour expliquer les modalités restrictives du voyage qu'il avait effectué sur place, avec seulement quatre journalistes sur les 12 prévus à l'origine.
La presse, notamment France 2, avait contesté cette entorse à la tradition, qui veut que chaque année, la presse puisse relater le réveillon des soldats, en Afghanistan.
Problème de sécurité ou pas, la presse est interdite en Kapisa, sur décision de l'Elysée, depuis que ma confrère Patricia Allémonière y a été blessée, cet été. Il est évident, et ce blog l'a martelé à plusieurs reprises : sans témoins, cette guerre, et cette paix sont ingagnables.
Ce soir, les Français, qui ne comprenaient déjà pas pourquoi mourraient les soldats dans des actions de feu, comprendront encore moins pourquoi quatre militaires ont été tués par un soldat afghan.