Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 24 avril 2009

Le Harfang disséqué dans les Landes



Le drone Harfang accidenté en Afghanistan (fin mars ou début avril, la date précise n'a pas été communiquée) est ausculté sous toutes les coutures depuis son retour en France, à Mont-de-Marsan (Landes). Retour que nous annoncions il y a déjà une semaine. Le centre d'expérimentations aériennes militaires (CEAM) qui conduit l'expérimentation du Harfang et son premier déploiement opérationnel, à Bagram, le fournisseur, EADS, la DGA et le SIAe (service industriel de l'aéronautique) doivent déterminer dans les meilleurs délais le niveau d'intégrité perdue par la cellule après sa série de montagnes russes dans le ciel de Bagram.
L'armée de l'Air ne sait pas encore précisément dans quelle mesure le drone a été atteint. Et ne connaît pas, non plus, l'enchaînement de causes qui a mené à cet incident aérien. Appremment, pour le moment, le BEA-D Air n'a pas ouvert d'enquête. La réduction à un case cochée ou pas dans la check list, comme l'évoquait récemment le Point semble "prématuré" et en tout cas "incomplet".
Comme nous le révélions dans un précédent post, l'AIA de Cuers (Var), qui dépend du SIAe est habilité à effectuer des réparations de dommage de combat sur le Harfang, mais pas forcément redresser des ailes gondolées.
L'autre enjeu, évidemment, est de déterminer les responsabilités, entre l'opérateur, l'armée de l'Air et son fournisseur, EADS. Le Harfang, issu de près de 7 ans de développement est un drone "totalement nouveau", comme l'assène régulièrement EADS, il n'est donc pas impossible que quelques bugs soient passés à travers des différents vols.
L'armée de l'Air ne découvre pas le sujet "drones", puisqu'elle a mené une longue expérimentation du Hunter, jusqu'en 2004. Mais cet engin était un tactique endurant (10 à 12 heures d'autonomie), avec une simple boule gyrostabilisée.
Sa gestion restait encore relativement simple, avec le Harfang, c'est une toute autre paire de manches. Une boule cinq voies, un radar à ouverture synthétique (SAR), une préparation de mission dense... EADS a conçu tous les systèmes en redondance, sauf le moteur, unique, lui.
L'armée de l'Air n'a pas caché qu'elle avait compressé tous les délais pour arriver au plus tôt, servir en imagerie, les fantassins français et de l'OTAN. Sans transiger sur l'expérimentation initiale, qui s'est réduite à la portion congrue.
De tous ces éléments sortira sans doute un fond de tableau expliquant l'incident. Le givre afghan aura fait le reste.

Nos photos : le Harfang de l'armée de l'Air(crédit JMT). La boule optronique à l'avant comporte cinq voies, dont une infrarouge, une optique (avec différents grossissements), et trois voies laser (télémétrie et désignation). Le nez bombé héberge l'hexapod, antenne satellite articulée révolutionnaire. Le SAR est logé sous le ventre, au niveau de l'emplanture des ailes.