Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 17 juin 2015

A400M : manque de transparence

Alors que l'avion vole tous les jours au Bourget, l'A400M continue, au sol, à faire l'objet de doutes
que ne dissipent pas les allers-retours de VBCI dans la soute, sur le statique.
Cette période compliquée a commencé en début d'année. L'éviction violente du patron des activités militaires, puis l'accident de Séville, et les doutes sur l'avenir du programme tendent la communication sur le programme. Ce manque de transparence alimente le cortège des rumeurs et des doutes, que personne ne cherche vraiment à dissiper.
Bombardé de questions en fin d'après-midi, le directeur de programme français de la DGA n'a pas pu livrer beaucoup d'explications, hors d'un couplet pré-écrit.
Les Atlas français ont volé environ 150 heures depuis le crash de Séville a-t-il dit, un crash qui n'aurait "pas pu" intervenir sur des appareils français. Il ne sait pas quand sera livré le septième appareil, attendu depuis des semaines.
Ni quand Airbus livrera les fonctions promises par le contrat : la liste est longue, de l'autoprotection, au largage, en passant par le ravitaillement en vol et les posers sur pistes sommaires.
Une revue est actuellement en cours et Airbus doit faire le point "dans l'été" avec les clients. Qui ont déjà plusieurs fois cassé leur tirelire : cela devrait sans doute les amener à un peu plus de fermeté.
Une campagne de six semaines a commencé "en mai" pour avancer sur le sujet de l'aérolargage, qu'il s'agisse de fret ou de personnel. D'un interlocuteur à l'autre, les infos varient.
Mais la volonté est là : l'armée de l'air entend s'attaquer assez vite au largage de chuteurs par la tranche arrière, si, d'aventure, le sujet de l'ouverture automatique n'avançait pas. Une bonne partie des sauts, au Sahel, ont été faits par des chuteurs opérationnels, donc par tranche arrière.
A la DGA, où on ne sait pas détailler la nature des difficultés rencontrées, on reconnaît qu'il y en a, et que des solutions doivent être testées. On peut imaginer la peine des parlementaires à se faire une idée d'un programme sur la base d'informations aussi fractionnaires.
In petto, certains estiment que la méthode de la DGA n'est pas la bonne depuis le début de ces essais d'aérolargage, et pensent que des avancées réelles interviendront rapidement.