Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 15 février 2012

Billet d'humeur : l'ISAF bafouille sa com

Déjà difficile à bien suivre et comprendre en temps normal, la communication de l'ISAF devient incompréhensible. Après avoir fait motus sur les tirs de Margar, au point de laisser un boulevard aux pires suspicions et bloquant toute communication française (1), l'ISAF s'est officiellement excusée dans un communiqué, ce matin, pour la mort de 8 jeunes Afghans (2). En reconnaissant continuer à chercher à comprendre la séquence exacte. Lundi, l'exercice avait été contre-productif, alors que le porte-parole de l'ISAF avait été moins que clair dans ses explications. Côté Français, on s'en tient à l'analyse des faits qui avait filtré dès lundi.
Le résultat de ces allers-retours verbaux, à Kaboul, est désastreux. On comprend qu'ils s'inscrivent dans des rapports de force entre l'ISAF, dont le compte à rebours à commencé, et le gouvernement afghan. Dont le président a vraisemblablement dû se faire taper sur les doigts lors de son récent passage parisien.
La clarté de l'engagement français, largement entamée depuis l'interdiction pour la presse de couvrir l'action des troupes, en Kapisa, en souffre, évidemment.
On peut imaginer que les protagonistes français de Margar ne peuvent que s'interroger sur ce qu'ils lisent, sans doute assez différent de ce qu'ils ont vécu.
Alors qu'il est de bon ton, par les temps qui courent, de sigmatiser la judiciarisation des conflits, une belle tarte à la crème, les mêmes devraient se pencher sur la spindoctorisation de ces même conflits. De quoi se rendre compte que l'un ne va plus sans l'autre.

(1) c'est la joie des coalitions : il faut attendre que la coalition ait parlé avant de pouvoir parler en national.
(2) en oubliant de rappeler que ces mêmes Afghans portaient des armes.