Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

lundi 14 mars 2016

Le COS pourra opérer sur le TN

Après des mois de réflexions et deux attentats multi-sites, les autorités changent de religion sur les
forces spéciales du ministère de la défense. Déjà très adaptées aux missions de contre-terrorisme et libération d'otages (CTLO) à l'étranger, elles pourront aussi le faire en France, sous des conditions très strictes. Cette évolution s'inscrit dans la nouvelle doctrine que Jean-Yves Le Drian doit présenter dans quelques heures au Sénat puis à l'Assemblée nationale. Le document concerné aurait été approuvé par Beauvau en moins de 48 heures.

Les FS n'y sont évoquées, mais en réponse à une question de ce blog, l'entourage du ministre explique que ces interventions sont désormais prises en compte.
Il faudra que 1) que les FS soient formées 2) que la situation l'exige 3) que Beauvau les demande via une réquisition en bonne et dure forme 4) qu'elles soient disponibles.
Ces conditions ne sont pas que de pure forme. Car toutes les forces spéciales ne sont pas formées au CTLO, le terme forces spéciales recélant, par ailleurs, un maquis de spécialistes et de spécialités. L'objet de l'évolution de la doctrine n'est pas de demander à un transmetteur de la CCT de tenir un Barett à Gourette (pas loin de la vallée d'Ossau). Mais de pouvoir rendre possible l'intervention d'une équipe spécialisée du 1er RPIMa, si un jour, les fêtes de Bayonne étaient ciblées. Or, la plus plus proche antenne est, aujourd'hui, celle du RAID à Bordeaux (1). On est loin des 20 minutes promises par le ministre de l'Intérieur.
Certes, on pourrait objecter que la première riposte, au Bataclan, est venue d'un commissaire de la BAC75N, une unité qui fait partie de la FIPN, mais qui n'est pas à proprement parler une unité d'intervention, équipée comme tel (même si cela change). Donc que finalement, les crises pourraient attendre l'arrivée du RAID ou du GIGN. Seulement, les temps de mise en branle, puis de projection, aux limites du territoire (où sont bien implantées les unités FS) rendent pertinentes leur emploi face à des terroristes armés de Kalachnikov tirant aveuglément dans une foule, ou décapitant à la chaîne des otages. Elles sont protégées et armées pour prendre en compte cette menace.
Cette évolution de doctrine ne créée pas, de facto, de nouvelles astreintes, pour les forces spéciales de la Défense, mais autorise une possibilité (en 2016, il était temps) et va aussi mettre moins de tension sur les passerelles déjà jetées entre les unités. Et, peut-on aussi l'espérer, faciliter les entraînements communs, pour certains, les découvertes mutuelles pour d'autres.
La nature de la situation évoquée par la Défense renvoie à des situations de crises multiples et multisites, or pas besoin d'avoir fait beaucoup d'études pour remarquer que les deux attaques principales de 2015 furent multi-sites. Ce type de crise consomme, par nature, beaucoup d'efforts et d'effectifs, donc se priver de bras (de la Défense) confinait à l'absurde.
Surtout quand ces bras montrent quasiment tous les mois (et parfois semaines) toutes leurs capacités en opex, au point que s'il ne devait subsister qu'une mission dans Barkhane, ce serait celle-là (2).
 
(1) transposé en Bretagne, celle donne les Interceltiques et les commandos marine, même si les antennes sont là, plus proches : le RAID a une antenne à Rennes, et la gendarmerie aura bientôt une antenne du GIGN à Saint-Nazaire.
(2) une idée qui divise néanmoins, car si c'est bien du ressort que du COS d'assurer le CTLO -personne d'autres dans les armées le peut-, certains estiment que cette mission qui s'inscrit désormais dans la durée au Sahel -les FS y sont depuis 2009- est de ce fait donc en contradiction totale avec l'esprit des forces spéciales.

Mes tweets d'actu sur @Defense137. 
Mes derniers livres : Le RAID, 30 ans d'opérations (Ed Pierre de Taillac), L'armée au féminin, préface de Jean-Yves Le Drian (Ed Pierre de Taillac) et Commandos du Ciel, préface du général André Lanata (Editions JPO).