Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 22 mars 2019

Cacophonie, quand tu nous tiens

Après une série d'informations (bien d'informations, pas d'interprétations de la presse)
contradictoires, c'est la minarm qui siffle la fin de la récré ce matin dans Le Parisien, puis dans une infographie, sur le déploiement de militaires en substitution des forces de sécurité intérieure (FSI).
On ne sait toujours pas sur quels sites cette substitution interviendra, mais maintenant, c'est sûr (ce qui n'était pas le cas à l'annonce gouvernementale il y a 48 heures), "en dehors des zones de manifestations". Donc pas à l'Elysée, pas à l'assemblée nationale (qui accaparent à elles seules 12 unités mobiles soient un millier d'hommes, pas une paille...), pas à l'Arc de Triomphe, pas au Sénat (1) et pas où les casseurs casseront. C'est difficile néanmoins d'en être sûr, tant les casseurs ont montré leurs capacité d'adaptation, et leur furtivité, y compris contre des FSI formées.
Cela ne permet pas, on l'aura compris, de garantir qu'il n'y aura pas d'affrontement direct. On peut rappeler cet épisode dans lequel un véhicule siglé Sentinelle a brûlé, au pied de la Tour Eiffel. Site qui, en effet, n'est pas listé dans l'énumération ci-dessous. Mais où on trouve des émeutiers. C'est loin d'être la seule zone dans Paris.
Difficile de comprendre aussi comment des militaires peuvent se substituer à des forces mobiles en gardes statiques. Car depuis des weekends, le gouvernement précise bien que chaque samedi, tout ce que le pays compte de forces mobiles (et même plus) est mobilisé contre les gilets jaunes et les casseurs. Dire que les militaires vont se substituer à des FSI en garde statiques (qui n'étaient plus censées exister le samedi), c'est donc accréditer l'idée qu'il restait des forces mobiles en statique, ce qui ne correspond pas à la vérité. Et comme chacun des acteurs concernés évite de citer les chiffres et de les expliquer... En fait, les seuls forces mobiles qui restent statiques, ce sont les 12 en réserve pour l'assemblée et l'Elysée : celles que l'armée ne peut remplacer puisqu'on l'a compris plus haut, l'armée ne remplace pas dans ces zones exposées.
On ne sait toujours pas quel volume de militaires sera injecté en substitution des militaires, ni même, d'ailleurs, combien de militaires sont en Sentinelle (un manque de transparence difficile à justifier). En fait, le niveau donné régulièrement est celui des forces réservées à Sentinelle, et non celui qui est déployé. Ainsi, les forces réservées doivent pouvoir être déployables sous préavis, mais ne sont pas toutes déployées, de facto. C'est la mobilité qui permet l'imprévoyance, et donc, de contribuer à une forme de dissuasion sur laquelle chacun peut avoir son avis éclairé.
On ne sait pas non plus quel volume supplémentaire de Sentinelle a été mobilisé, et avec quel équipement. Les consignes, elles, ne semblent pas avoir changé, par rapport à Sentinelle anti-terroriste. Même si, demain, en face d'eux, ce sont surtout des casseurs que les Sentinelle risquent de croiser.
Enfin, si ce recours est bien si courant, il en devient presque étonnant qu'il n'a pas été effectué plus tôt, et sur une bien plus grande échelle (2), tant il est connu que les gardes statiques en tout ordre accaparent un volume conséquent de personnel. Certains samedis n'auraient pas eu la même physionomie.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.

(1) hier au point presse hebdomadaire du ministère des armées, ces informations n'étaient pas disponibles. Dommage, on aurait gagné 24 heures de clarté.
(2) il est néanmoins admis que Sentinelle n'avait pas jusqu'à maintenant massivement contribué à la substitution des unités mobiles des FSI (celles qui assurent les gardes statiques), y compris lors des jours de très grande mobilisation des forces mobiles (où la totalité des forces mobiles de France et de Navarre étaient mobilisées). Pourquoi maintenant, donc ?