Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 20 mars 2019

Sentinelle se reprend un boulet à la patte

Des effectifs de l’opération Sentinelle vont être affectés à des gardes statiques ce samedi pour libérer
de l’effectif du ministère de l’Intérieur a-t-on apperis en sortie de conseil des ministres, ce mercredi.. Ce boulet à la patte, en forme de défense ferme autour des institutions, est un retour à la situation qui avait prévalu jusqu’en 2018, quand Sentinelle était peu mobile.
Un militaire de l’armée de terre ne peut pas interpeller un émeutier, un policier ou un gendarme si (1), c’est ce qui explique ce transfert le temps d’un samedi (c’est en tout cas la version gouvenrementale). La possibilité avait été évoquée en début de crise des gilets jaunes. On avait déjà, de fait, et ponctuellement, vu refleurir des militaires à des endroits où on ne les voyait plus en statique, à Paris en tout cas.
La question nouvelle, c’est de savoir quels sites seront concernés samedi, pour quels modes opératoires, et si sur ces positions, Sentinelle sera la seule présente (ce qui serait dangereux). Imaginons par exemple un dispositif Sentinelle isolé à l’arc de Triomphe. Que pourra-t-il faire contre des émeutiers alors qu’il ne dispose pas forcément d’armes à létalité réduite, et qu’il n’est pas formé pour ce genre d’opération ?
En effet, lorsque l’armée de terre peut être amenée, sur un théâtre, à rencontrer des problématiques de contact avec la population ou des groupes violents, elle reçoit préalablement la formation idoine sur les équipements et l'instruction sur les modes opératoires nécessaires. Or, on le voit bien sur ce qui se déroule à Paris depuis bientôt 20 semaines, même des unités spécialisées, optimisées contre des émeutiers ont déjà beaucoup de mal avec un équipement et des tactiques qu’elles maîtrisent totalement. On ne voit pas trop bien comment l'armée de terre, dont ce n'est pas la spécialité, pourrait faire mieux.
Parmi les risques, celui de blessés voire de morts parmi des militaires mal formés et équipés pour se protéger contre les tactiques des émeutiers (pas de tenues non ignifugées, pas de casques à visière en nombre suffisant, pas d'armes à létalité réduite, etc). La nature des unités actuellement déployées ne permet pas non plus de se convaincre qu’elles ont toutes eu une expérience préalable dans ce genre de situations.
Le risque de vols d’armes est aussi patent, ce qui est déjà arrivé depuis la fin novembre dans les rangs des forces de sécurité intérieure.
Il est par contre très étonnant que pas plus de moyens de projection d’eau ne soient pas mobilisés pour repousser et décourager les émeutiers. Si le parc de la préfecture de police reste étonnamment assez modeste et sous-utilisé pour celui qui peut fonctionner, il faut rappeler que ce n’est pas forcément le cas de celui des armées, mais aussi des… pompiers de Paris. A moins, évidemment, qu’on ne souhaite pas brouiller l’image.
Si l'objectif est vraiment de ne pas brouiller l'image, pour les Français et les touristes étrangers (les présents, et les derniers qui n'ont pas encore été découragés par les terroristes et les casseurs) on peut déjà s'interroger, sur l'effet produit par des militaires postés devant les institutions.   

(1) 12 unités mobiles étaient consommées ce samedi par la garde de l’ilôt Beauvau Elysée et Assemblée nationale, dont Laurent Nunez a rappelé hier au Sénat face à la commission des Lois qu’elle avait été très régulièrement ciblée par les émeutiers.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137