Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 12 août 2010

Epervier devra payer pour rester

Il reste encore officiellement 950 militaires français au Tchad, déployés dans le cadre de l'opération Epervier. Hier, le président tchadien a conditionné le maintien de cette force à une contrepartie financière, et le ministère de la Défense français lui a répondu être "prêt à examiner" ces doléances. Il est difficile de relier cette sortie plutôt étonnante à un évènement particulier, si ce n'est que le Tchad fêtait aujourd'hui les 50 ans de son indépendance. Il faut peut-être y voir un discours-harangue à usage interne. Ou une façon d'attirer l'attention de Paris alors que la France a pu, depuis le rezzou de février 2008 (1), manquer quelques rendez-vous, au hasard, sur des sujets aussi sensibles que les livraisons d'armes.
D'autant qu'à Djibouti, la présence française se paie -les versions divergent parfois, mais on parle souvent d'une somme oscillant entre dix et vingt millions, selon que l'on compte ou pas l'hôpital Bouffard- (2).
Et qu'au Sénégal, le gouvernement local a obtenu des indemnisations au départ de la France.
Il ne faut pas exclure non plus que les réductions de voilure puissent bien concerner aussi le Tchad, assez rapidement. La problématique actuelle -la galaxie terroriste du Sahel- redonne paradoxalement du souffle à Dakar -qui a fondu des deux tiers-.
Jusqu'à il y a encore quelques mois, l'armée de l'Air déployait au Tchad six chasseurs Mirage F1, qui sont tombés à quatre, puis trois, des Mirage 2000 -sans capacité reco-. Même si l'armée de l'Air conserve la capacité d'envoyer sous court préavis des Mirage F1CR. Les trois Transall sont devenus deux, le troisième étant, depuis quelques semaines, remplacé par un Casa 235.
Même avec ces réductions capacitaires, le Tchad est la deuxième base en Afrique, au vu du matériel déployé. Mais, avec seulement le tiers des effectifs déployés à Djibouti.

(1) la participation française aura pourtant été déterminante (conservation de l'aéroport, appui rens, acheminement des munitions), sans présentation de facture...
(2) comme ce blog l'avait expliqué au printemps, la France est actuellement en train de renégocier les accord de défense, et le format des FFDJ. Ce qui, là aussi, a une contrepartie financière qui n'est sans doute pas la moindre des difficultés.