Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 28 octobre 2012

Billet d'humeur : et le colloque "opérations" alors ?

Souvenez-vous, c'était il y a un an, à l'amphi Foch : des militaires et tous grades et horizons s'exprimaient à peu près sans retenue sur les opérations auxquelles ils avaient participé, quelques mois plus tôt, en Libye et en Côte d'Ivoire. A l'époque pas tout à fait appréhendé comme une victoire, l'Afghanistan avait failli rester sur le bord du chemin, mais avait quand même été invité. Un sergent du CPA 20 avait pu, dans le temps imparti, parler de son travail de FAC en Afghanistan.
Le ministre d'alors avait évoqué l'idée d'en faire un récurrent, mais il n'a pas survécu à l'alternance gouvernementale, et son colloque semble avoir suivi le même destin funeste. Aucun des multiples centres, instituts et directions habitant l'école militaire ne semble avoir poussé non plus l'idée.
Un colloque consacré aux opérations, si on avait eu la bonne idée de le pérenniser, aurait eu tout son sens cette année, surtout effectué en novembre. D'abord il aurait signifié aux militaires de terrain que leur parole nourrie d'expériences pouvait parvenir jusque dans un amphi parisien et raconter la réalité des opérations comme elle est.
Puis il  aurait éclairé pendant une journée les membres de la commission du livre blanc, dont tous ne suivent pas forcément avec acuité l'actu de défense, faute de temps. Pour les 60% de nouveaux députés de la commission de défense, c'était aussi une session de rattrapage sur une journée, donc pas du temps perdu.
Mais, m'objecte-t-on, de quoi aurait-on donc bien pu parler dans ce colloque de 2012, car on n'a pas guerroyé en 2012 comme en 2011 ?
Certes, on n'aurait pas eu une affiche hollyowoodienne, mais il y aurait eu de quoi populariser des missions intérieures bien mal connues -la contribution de l'armée de l'air aux missions de sécurité générale et de police judiciaire, la lutte contre les trafics en mer-, tout en balayant les retex, en faisant un point sur l'effet des urgences opérations, en parlant du Liban ou de la lutte contre les pirateries, trappés dans le colloque 2011. Ou encore de la chaîne d'évacuation sanitaire, ou les raisons de la réussite de l'opération logistique en cours en Afghanistan : il faut le faire, avant que le quai d'Orsay ne s'en attribue le mérite.
Bref, pas un exercice insurmontable à organiser.
Sur les dizaines de colloques qui agitent l'intelligentsia de la capitale chaque année, au moins celui-ci aurait mérité de survivre, car c'est finalement l'illustration la plus évidente de la mission de la Défense : servir.

Post-scriptum : cela n'a presque rien à voir avec ce qui précède, mais Jean Guisnel a commis un post ce midi, dont je recommande la lecture ici. Des nouveaux pas dans la "valse" sont d'ailleurs à attendre.