Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

samedi 16 octobre 2010

Le PACDG reste au port "plusieurs semaines"

Le PACDG, en 2007, avant son grand carénage. (crédit : Nathalie Nocard/MN).

Le petit problème électrique détecté dans la nuit de mercredi à jeudi est devenu un gros souci. Il va donc falloir immobiliser le porte-avions Charles-de-Gaulle "plusieurs semaines", annonce la marine dans un communiqué, ce qui hypothèque sérieusement son programme d'activités prévu.
Le premier problème, un "défaut d'isolement électrique" sur une armoire a été "traité", mais les "investigations menées" ont mis en évidence un autre problème, "un dysfonctionnement sur une soupape de sécurité". C'est son "échange standard", décidé ce samedi, qui oblige le maintien à Toulon, car il oblige à un "arrêt complet" de l'ensemble propulsif arrière.
En prenant la mer vendredi, le groupe aéronaval devait rallier l'océan Indien, pour assurer six semaines de couverture CAS au-dessus de l'Afghanistan. Certes, l'absence des dix sorties quotidiennes de l'aéronavale française ne grippera pas fondamentalement la mécanique opérationnelle de l'ISAF, mais, comme on peut l'imaginer, elle provoque une série de conséquences en cascades.
En voici quelques unes, dans une liste non limitative. D'abord, elle affecte l'image de la marine puisqu'elle concerne son navire emblématique -déjà écorné par le passé (1)- et l'engagement opérationnel du moment. Le navire sort de grand carénage, et avait, sans problème, navigué 234 jours (52.138 NM), assurant 4.321 catapultages. Cette véritable tuile tombe donc au pire moment. Mais encore moins que si le porte-avions s'était retrouvé au large du Pakistan ou dans le canal de Suez...
Ensuite, cette interruption casse le rythme opérationnel des équipages, notamment les aviateurs. Il faudra donc encore les ré-entraîner, brièvement, à l'issue de la réparation.
Par ailleurs, plusieurs nouveautés étaient prévues, notamment le premier engagement opérationnel de la nacelle Reco-NG sur Rafale. Pour l'instant seulement, donc, retardé.
Enfin, il est évidemment encore trop tôt pour mesurer comment les marines avec lesquelles le groupe aéronaval (Arabie saoudite, Inde) percevront ce coup du sort. Car, sur cet Agapanthe, le groupe aéronaval est aussi et surtout un symbole de la force politique de la France. Pour preuve, le PACDG devait aussi relâcher à l'IMFEAU pour la fin de l'année 2010. Que restera-t-il de ce programme, in fine ?

(1) l'actuel CEMA connut la période médiatique difficile du porte-avions, dont il fut second, puis pacha, entre 1997 et 2001. Pas un marin qui a vécu ces moments n'en parle sans émotion.