Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

samedi 22 juillet 2017

Les militaires vont-ils devoir la fermer ?

Ce sera, parmi d'autres sujets, un des sujets sur lequel le nouveau CEMA -et dans une certaine
mesure, le chef des armées- va devoir trouver le bon placement de curseur : l'expression des militaires. Ceci, une fois les problèmes de pouvoir d'achat réglés, ce qui laisse du temps.

On le sait, le précédent CEMA encourageait les stagiaires de l'école de guerre à livrer leur jus de crâne sur toutes sortes de sujets dans la presse nationale. Pas forcément des thèses révolutionnaires, mais on peut néanmoins constater qu'un assez large panel de sujet était traité. De même, des comptes twitter, qui n'étaient pas parodiques, se sont créés ces dernières années. Un auteur de livre ici, un penseur là, et depuis quelques mois, une vague entière de chef de corps et de commandants de brigades. Là non plus, les tweets ne renvoient pas forcément à des idées non convenues, néanmoins, au détour d'une phrase, on peut comprendre (en 140 s) parfois bien des choses différentes.
On l'a bien compris, Emmanuel Macron a signifié que les militaires devaient désormais garder leurs idées pour eux, et d'extérioriser leurs soucis. Une erreur à mon sens, car faut-il le rappeler, Jean-Yves Le Drian n'avait-il pas, lui-même, reconnu que c'est en parlant à un soldat de montagne qu'il avait découvert  l'ampleur de Louvois (1) ? C'est d'ailleurs en rencontrant les blessés, à Percy, qu'Emmanuel Macron a mesuré la nature de leur engagement. En jouant la terreur, l'exécutif risque donc de trouver des momies dans ses déplacements dans les forces. Et des applaudissements pas très nourris.
Comment le général François Lecointre va-t-il gérer ce contexte très bordé ? Il est un rédacteur historique d'Inflexions, une revue qui relie les civils et les militaires (il figure toujours dans le comité exécutif). Or, c'est donc bien dans la droite ligne -aussi- de ce que réclame la ministre quand elle veut que les milis soient bien inscrits dans la société dans laquelle ils vivent. Mais cette expression est-elle compatible avec la vision présidentielle ?
Comment gérer (si c'est possible) aussi l'expression des généraux à la retraite ? Certains avaient été listés par l'équipe Le Drian, car estampillés plutôt réfléchis et modérés. On y trouvait par exemple le général Alain Bouquin (par ailleurs chez Thales), Patrick Charaix (devenu consultant indépendant). Mais l'épisode tellurique de la semaine dernière a quasi exclusivement mis en avant deux anciens OGX qui disent avoir participé à la plateforme défense d'EM, le général Dominique Trinquand (employé dans le groupe Marck après son départ de l'armée de terre) et le général Jean-Paul Palomeros (qui a oeuvré chez le groupe de consulting CEIS après son départ de SACT). Par delà, évidemment, l'indéboulonnable général-penseur Vincent Desportes. Qui, cela n'a suffisamment pas été rappelé, avait été sèchement évincé pour un de ses écrits par Nicolas Sarkozy.
En tête des bases de données média, ce "bon client" comme on dit dans le milieu reste le plus visible parmi les commentateurs.
Le CEMA est aussi, malgré son origine terrienne, très ouvert aux APNM, ces associations professionnelles militaires conséquences de la traduction dans le droit français d'un arrêt de la convention européenne des droits de l'homme (rien de moins). L'une d'elles, l'APNair, est d'ailleurs, c'est la première, en passe de cocher toutes les cases de représentativité.
Emmanuel Macron, qui préfère voire une tête plutôt que 200.000, devra donc se conformer à la loi, qui édicte que ces APNM ont la possibilité d'éveiller les esprits, pour tout ce qui concerne la condition militaire.
Or, pour ceux qui ne l'ont pas encore bien compris, cette condition dépend de communication interne, mais aussi d'euros. Pas d'euros, pas de condition. Sans jeux de maux, ça va de soi.

(1) plus d'une année, il faut le dire, après que ce blog en ait parlé, avec plusieurs dizaines de posts...

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.