Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 22 mars 2012

Du bruit, mais pas pour rien

Alors que plusieurs explosions ont retenti sur l'appartement-repaire de Mohamed Merah (23h35), en banlieue toulousaine, les questions se sont accumulées, toutes la journée durant, autour d'informations contradictoires sur les derniers mois de l'existence du suspect n°1 dans la mort de sept personnes.
On ne comprend toujours pas pourquoi ce jeune, déjà manifestement radicalisé, est-il allé tenter de s'engager à la Légion, dans un bureau, à Toulouse, ne restant qu'une nuit, sans même passer les tests en juillet 2010. Tentative d'infiltration de la Légion ? Tentative de refaire une nouvelle vie (peu probable) ?
Parallèlement, ce jeune au casier judiciaire déjà nourri est déjà allé deux fois dans la zone pakistano-afghane, dont une fois, apparemment, en toute transparence. A-t-il bénéficié de dysfonctionnements entre services afghans (NDS), éventuellement américains et... français ?
Si ce jeune de 23 ans a réussi a passer presque inaperçu dans son pays, sa ville et son quartier, sans présenter aucune aspérité à la DCRI, peut-on cependant penser qu'un jeune arrêté une fois à Kandahar -"pour avoir posé des bombes", comme l'explique France Info- peut redevenir un mouton, revenu en France ?  Surtout s'il est repassé par les camps d'entraînements, entretemps (1) ?
Alors que des officiers du SNOP (syndicat national des officiers de police) étaient en grève (historique), à la DCRI, la semaine dernière, la réalité des moyens affectés au contre-espionnage, et, ne l'excluons pas, à la contre-ingérence (ressort de la DPSD) vont peut-être être placés sous les feux de la rampe, demain.
Les domaines du renseignement et du contre-terrorisme n'ont pas échappé aux rationalisations, depuis 2007, et pas toujours à bon escient.

(1) on se souvient que beaucoup de spécialistes du renseignement, en France, avaient glosé l'incapacité des services américains à analyser les signaux lents qui leur étaient parvenus, avant le 11 septembre, notamment de leurs homologues français. A l'époque, on avait stigmatisé l'absence de coordination des services : c'est notamment ce qui a amené, en France, à la mise en place de la DCRI, et d'un coordonateur national du renseignement. Après Bernard Bajolet, qui fut le premier (il est aujourd'hui ambassadeur à Kaboul), c'est Ange Mancini, premier patron du RAID qui occupe le poste, à l'Elysée.