Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 30 décembre 2018

La BAPJ, une base très rentable

Elle n'a jamais hébergé plus de huit chasseurs, parfois un Atlantique et un avion de
renseignement Gabriel, n'employant guère plus de 400 militaires -beaucoup d'aviateurs, mais aussi des ressortissants de l'interarmées, dont des personnels des services et directions- : la base aérienne projetée de Jordanie ou BAPJ, sigle préféré très tôt à H5, son nom dans l'organigramme jordanien, s'est avérée particulièrement rentable.
Si la première frappe a bien été réalisée par un Rafale parti des Emirats Arabes Unis, la BAPJ a vite pris sa vitesse de croisière, pour devenir le coeur de la force d'intervention française contre Daech. Pratiquement les trois quarts des munitions françaises tirées contre l'hydre terroriste ont décollé d'ici. En 2016, un millier de munitions ont été larguées par l'aviation (une année record dans les annales de l'armée de l'air), puis un peu moins de 500 en 2017. Le total de l'année 2018 n'est pas encore arrêté, et pour cause, encore 13 frappes ont eu lieu la semaine dernière. Ces chiffres hebdomadaires qui ramènent à ceux du pic de la bataille de Mossoul sont expliqués par l'EMA par une demande de CAS et une météo favorable dans la zone d'Hadjine. C'est beaucoup, alors que les Français ne sont pas les seuls acteurs aériens du domaine.
Mais ils sont très actifs. Il y a quelques semaines, ils ont très largement participé au freinage d'une attaque de Daech, qui avait profité de mauvaises conditions météo, misant sur l'incapacité des aéroefs de la coalition à frapper. Les JTAR (demandes d'appui) auraient été assez nombreuses, dans ces quelques jours. En fait, en décembre, les Français ont réalisé quasiment le tiers de leurs frappes de l'année, battant le record d'octobre. Le chiffre 2018 sera néanmoins inférieur à celui des années précédentes.
Grâce à un positionnement idéal (un des meilleurs de la région, pas loin de la Syrie et de l'Irak), la BAPJ peut réagir en une poignée de minutes. Les quatre Rafale sont en permanence prêts à décoller entre deux missions, les pleins d'armement et de munitions faits. La zone visée est vite ralliée, et un Rafale peut tenir 12 heures en l'air, de quoi offrir une permanence en cas de besoin des troupes au sol. Et surtout, l'activité tient 365 jours par an, 24h sur 24. Pas de no-fly-day, la piste offre son potentiel par tous les temps, sauf aux gros porteurs, ce qui explique que les tankers du "Bretagne" ont dû aller coucher ailleurs dès le départ de Chammal.
Bref, la mécanique aérienne française tient la route : c'est celle que Florence Parly a choisi d'honorer ce 31 décembre (une semaine après un premier passage prévu du CEMAA), en y réveillonnant avec des parlementaires et des média, après avoir réalisé d'abord un premier stop diplomatique avec les autorités locales, à Amman.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.