Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 15 novembre 2016

Barkhane plus rationnel que Chammal ?

A l'heure où le focus politique n'est orienté que vers Chammal -un an après le Bataclan et les
promesses martiales de rétorsion émises à l'époque-, les indicateurs d'activité traduisent néanmoins des réalités parfois inattendues.
Le dernier compte rendu hebdomadaire explique ainsi que Chammal a réalisé 72 sorties de Rafale (Air et Marine) en une semaine, avec 36 chasseurs affectés (24 Marine, 12 Air), générant 20 frappes.
De son côté, avec des appareils nettement moins polyvalents (des Mirage 2000D et C), soit sept en tout, Barkhane a produit 27 sorties.
Ainsi, en moyenne brute, un chasseur de Chammal réalise deux sorties hebdomadaires, là où celui de Chammal a fait presque quatre.
Comment comprendre un tel décalage ?
D'abord rappeler quelques évidences. Un Rafale porte jusqu'à trois fois la charge de bombe d'un Mirage 2000D, ou deux fois sa charge de Scalp-EG. Ensuite, le coût à l'heure de vol -je me refuse à entrer dans les chiffres précis, il ne traduisent jamais la même réalité- est plus élevé pour le Rafale si l'on ne considère que ce seul indicateur horaire. On peut néanmoins constater que cette heure peut s'avérer plus rentable, du fait de la charge de bombes évoquée plus haut -possibilité de frappes multiples en un seul vol, et présence d'un canon, en plus-.
Ces Rafale sont présents du fait de leur polyvalence, mais aussi pour faire souffler les Mirage 2000D. Le potentiel de ces derniers a été consommé cinq fois plus vite depuis deux ans qu'ils opèrent à Chammal (1).
Ces préalables rappelés, il faut aussi se souvenir qu'au Sahel, la France est seule depuis trois ans. Aucun chasseur étranger n'a été proposé pour relever les Mirage et Rafale, malgré, pourtant, une très belle et quasi-unanimité de nos principaux alliés à affirmer vouloir nous aider (idem pour les hélicos, d'ailleurs...). Alors qu'à Chammal, une bonne partie du monde libre -et du pas libre aussi- est sur place. Y' a même parfois des bouchons dans le ciel. Et actuellement, les JTAR (demandes d'appui) seraient moindres actuellement.
Donc à quoi bon en envoyer trop ?
Enfin, et on l'a oublié, les messages politiques brouillent la réalité opérationnelle. Les Rafale des EAU sont présents au titre d'accords de défense, même si, AVEC l'accord de l'Etat-hôte, ils sont autorisés à réaliser des missions de guerre. Mais, à Al-Dhafra, ils sont beaucoup plus loin que les Rafale de H5, qui sont donc, eux, privilégiés. Ce ne sont pas réellement 12 Rafale Air qui sont déployés à Chammal, mais bien dans cette zone. En cas de surge, ils sont néanmoins tous mobilisables. Et un Rafale peut réaliser, à H5, deux sorties par jour.
En mer, la réalité est aussi plus complexe que celle affichée. Un porte-avions est une mécanique suisse fabriquée en France : il faut régulièrement régénérer (ce sont les no-fly days), et aussi ravitailler et reposer l'ensemble (les escales aux ports, déjà une de faite). En outre, les 24 Rafale Marine à bord ne sont pas tous disponibles instantanément, et tous ne sont pas mobilisés pour Chammal, là aussi. Pas de mission secrète à aller déterrer, mais seulement une réalité : avec un seul porte-avions, la marine s'en sert aussi comme outil de formation, même quand elle est en guerre.

(1) le manque de mémoire ambiant l'oublie souvent, mais les Mirage 2000D et leurs équipages ont été déployés en opérations depuis le Kosovo (1999) de façon quasi-continue (sauf en 2004). Peu de matériels militaires français peuvent en dire autant.

Mes infos et des photos sur mon twitter @defense137.