Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

samedi 11 janvier 2020

"Trop cher"

Les industriels n'ont pas forcément été habitués à entendre cette phrase, mais celui qui est chargé de
la maîtrise du projet Eurodrone l'entend désormais régulièrement. Florence Parly l'a dit ce matin sur France Inter, dans les dernières secondes de son ITW à la radio, l'Eurodrone est "trop cher".
Une telle question du présentateur, qui arrive à la fin d'un entretien géostratégique ne doit évidemment rien au hasard. Et on voit mal comment, en fait, quelqu'un pourrait sauver l'Eurodrone, le trop cher de ce matin tenant en quelque sorte d'épitaphe à cet éléphant blanc mort-né.
L'enterrement de première classe pourrait arriver avec le résultat des prochaines élections allemandes qui ne devraient pas célébrer un coup de fouet des dépenses militaires. L'Eurodrone irait donc rejoindre au cimetière des projets de drones Airbus, le Global Hawk germanisé, le Talarion, le Tannan. Tout cela en quelques années seulement, et après avoir disposé de financements publics dans certains cas.
Et alors que la division Defense and Space, qui porte le projet, n'a pas la grande forme : son patron, Dirk Hokke n'a pas annoncé de bonnes nouvelles aux salariés, juste avant Noël.
Airbus devait remettre en début d'année un nouveau devis au minarm, mais on peut estimer que la déclaration de la minarm clôt le sujet.
Pour la France, c'est un premier désastre. L'armée de l'air aura le successeur de l'actuel Reaper en retard : cette succession a déjà deux, peut-être trois ans de décalage, et vu le cadencement sur lequel la flotte du moment est utilisé, pas de risque qu'elle puisse durer au-delà des durées promises.
Industriellement, il y a avait sans doute du travail en vue pour les Français dans l'Eurdrone, mais rien n'était, en fait, réellement sûr. Le seul point qui l'était concernait la propulsion, et Safran a connu, dans ce domaine, des résultats parfois difficiles ces dernières années. Allié à un Allemand, cela n'aurait sans doute pas été facile.
Tout n'est pas perdu, néanmoins. Le malheur des uns faisant souvent le bonheur des autres, GAASI peut encore plus valoriser sa carte de l'EuroGardian, avec une chaîne mission américaine, partiellement ou totalement européenne. Le vecteur est sain, endurant (plus que ne l'aurait été l'Eurodrone...) et GAASI a donc dégaîné l'arme fatale : des composants européens peuvent venir se greffer sur son vecteur.
Si les équipementiers Français peuvent y jouer leur carte, il faudra le faire évidemment en coûts et en temps (pas refaire l'Eurodrone en quelque sorte). Avantage aussi du système Reaper, les armes sont déjà qualifiées, mais il est aussi possible d'y ajouter, là aussi, du made in France.
L'addition devrait revenir à 50% de celle de l'Eurdrone, avec des performances supérieures et avec la promesses d'une interopérabilité avec d'autres forces aériennes alliées qui ont déjà choisi cette version (mais aussi entre l'armée de l'air et la marine, fascinée par les MALE).
Ce qui aura l'avantage de simplifier le MCO et la déployabilité du système en opérations extérieures car on l'oublie souvent : de tels engins sont achetés pour servir à la guerre, pas pour faire des ronds au-dessus de l'Allemagne.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.