Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

lundi 25 novembre 2019

Vers des postes en moins dans la com

Quelques ministres de la défense ont planché le sujet, mais aucun n'a jamais véritablement fait
évoluer la structure de communication du ministère des armées, depuis la création de la DICOD.
La ministre des armées audite actuellement cette fonction, que son directeur de cabinet adjoint veille, entre autres sujets, depuis un certain temps. Les responsables de structures de communication ont d'ailleurs planché face à lui, il y a quelques jours, dans un exercice inédit dont la perspective a fait flageoler quelques jambes. Il est vrai que les effectifs donnent parfois le tournis, quand on les compare à l'effet produit, d'où la décision prise de tailler dans les effectifs.
La réunion, dont l'existence est reconnue par l'entourage de la minarm, est néanmoins présentée comme une réunion de routine. L'existence d'une volonté de tailler dans les effectifs est également contestée.
Il n'en est rien : si le grand oral des différents acteurs n'avait effectivement rien de décisionnel pour la suite, la tendance est là, le minarm veut faire avec moins, sans préciser encore ce qu'il veut faire au juste. Les protagonistes ne s'y sont d'ailleurs pas trompés, chacun préparant activement indicateurs et exemples de communication de crise (qui remontent, c'est un des problèmes qui biaise de facto cette volonté de réduire la filière) ou d'exercices de com planifiés.
Il est vrai que les armées ont fondu de 50.000 postes ces dernières années, et que la réduction de la fonction com n'a pas forcément été homothétique. C'est un vrai argument -celui, notamment, du directeur adjoint de cabinet-, mais il est difficile de la plaquer puis de passer au scalpel tout ce qui dépasse. Même s'il est vrai que les armées sont à l'os (notamment du fait de manque de vocations), ce n'est pas encore vraiment le cas pour l'intégralité de la filière com, avec des situations très différentes.
La réalité -ce blog le répète depuis des années- est plus complexe : la com a, comme les armées, ses personnels très aguerris (1), que ce soit sur le terrain, ou dans la connaissance des logiques de communication de crise.
Il faut aussi le dire au passage, cette expertise n'est pas toujours forcément bien reconnue, dans l'avancement, ou dans la prise de responsabilités, les brevetés étant systématiquement privilégiés (2). La gestion des carrières com n'est pas toujours non plus bien prise en compte, certains profils de militaires étant arbitrairement mutés en dépit du bon sens.
Et, il faut le dire, la filière héberge encore des scories, plus ou moins marquées selon les structures.
La DICOD en a longtemps été l'illustration, mais de 170, elle a fondu à peine 110 hommes et femmes. Depuis plusieurs mois, elle se restructure même si les "éléments de langage" privilégient un autre verbe. Même si sa directrice se défend de civilianiser la structure en expliquant recruter les profils qui lui conviennent, dans les faits, depuis son arrivée, les recrutements ont surtout porté sur une dizaine de civils issus du privé (Nexter, TBWA, ...) ou du public (SIG, LCP-AN, ...). La ministre est venue en personne à la DICOD, prendre la température, il y a quelques semaines (comme Jean-Yves Le Drian avant elle), signe de l'intérêt qu'elle porte au sujet.
La presse est invitée ce jeudi à la DICOD pour tenter de comprendre les évolutions en cours de la structure, qui a mis dans le même paquet les journalistes et les influenceurs (une confusion qui énerve les premiers), désormais très courus, sans aucune forme de complexe. Le destin d'Armées d'Aujourd'hui sera aussi peut-être éclairé : la revue interne est en sommeil depuis l'été, et son retour était annoncé pour le début de l'année. Il semble que ce retour glisse un peu. Les premiers éléments de tendance évoquaient une réflexion pour un contenant plus luxueux mais moins régulier, et un contenu plus marqué vers l'opérationnel. Qui est, rappelons-le, la finalité des armées.
Où trouver des scories ? Que sont des scories ? Est-ce la vocation de la DRM d'avoir deux postes budgétaires de com (et un de réserviste) dans la communication, alors qu'elle ne communique pas ? Le SGA (rarement présent au point presse du minarm), comme de très nombreux services interarmées (parfois improbables) doivent-ils conserver leurs postes alors qu'ils ne communiquent quasiment pas (ou pas du tout) vers l'externe ? N'aurait-il pas été utile d'interroger les journalistes (qui justifient, de fait, l'existence de la filière) pour recueillir leurs avis ? Sans doute des éléments de réflexion à méditer, avant d'aller tailler dans le muscle.

(1) ces derniers mois, quatre personnels de la filière se sont servis de leur arme pour se protéger ou protéger leurs proches, vraisemblablement à Barkhane.
(2) ils sont quatre à l'EMACOM par exemple, pour une vingtaine de personnels.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.