Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 10 mars 2011

Une lettre historique

La présidence française vient de dévoiler à l'instant (21h12) une lettre historique, co-signée avec le premier ministre britannique David Cameron, lettre dont nous reproduisons, ci-dessous, l'intégralité. Adressé à Herman Van Rompouy, à la veille d'une réunion européenne, ce courrier confirme la totale convergence de vues entre Français et Britanniques, qui intervient, de surcroît, avec le net renforcement des liens en matière de défense, opéré à l'automne. Les termes sont extrêment violents à l'égard du gouvernement libyen ("Khadafi et sa clique doivent partir"), et les options militaires sont bel et bien confirmées.
Notons, enfin, que la fourniture de matériels militaires -et, pourquoi pas, d'instructeurs pour les manier et instruire les insurgés- n'est pas non plus exclue. On peut penser, naturellement et notamment, à des missiles sol-air Mistral, à même de constituer une petite zone d'exclusion aérienne, de fait (1). Mais également, des Milan, qui peuvent constituer une bonne puissance d'arrêt contre les forces de Khadafi. Paradoxes, si cette éventualité s'affermissait, puisque la France (2) vient de livrer à la Libye du colonel ce même type de missile antichar.
Voici le texte intégral du courrier des deux chefs d'exécutifs français et britanniques.
"Monsieur le Président,
depuis que le peuple libyen a commencé à se soulever contre le régime brutal de Mouammar Kadhafi, le monde est témoin quotidiennement d’une poursuite inacceptable de la violence et de la répression en Libye. Ignorant les exigences de la résolution 1970 du CSNU, les appels des organisations régionales et de toute la communauté internationale, le régime de Kadhafi continue à attaquer sa population, y compris avec des avions et des hélicoptères.
Il est clair pour nous que le régime a perdu toute la légitimité qu’il avait pu avoir.
Cet usage délibéré de la force militaire contre des civils est absolument inacceptable. Le Conseil de sécurité a averti que ces actes pourraient être considérés comme des crimes contre l’humanité. Tous ceux qui ont participé à la décision, la planification ou l’exécution de telles actions doivent savoir qu’ils seront tenus responsables.
La France et le Royaume Uni sont engagés en faveur de la souveraineté, de l’indépendance, de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale de la Libye. Nous soutenons le souhait des Libyens de pouvoir choisir eux-mêmes leurs gouvernants et de décider de leur propre système politique. Nous accueillons favorablement la formation d’un Conseil national intérimaire de transition basé à Benghazi. Nous nous rapprochons de lui et de ses membres afin de développer un dialogue coopératif.
Quand le peuple libyen aura fait prévaloir ses droits fondamentaux, nous devrons être prêts à le soutenir par une coopération et une assistance nécessaires afin de promouvoir la stabilité et le développement en Libye, au bénéfice de tous les Libyens.
La priorité aujourd’hui est de traiter la situation politique et sécuritaire. A cette fin, nous proposons à nos partenaires européens, à nos alliés et à nos amis arabes et africains de prendre les mesures suivantes :
1. Afin de mettre fin à des souffrances supplémentaires du peuple libyen, Mouammar Kadhafi et sa clique doivent partir.
2. Nous soutenons les efforts du Conseil national intérimaire de transition afin de préparer un gouvernement représentatif et responsable. Nous devrions envoyer le signal politique clair que nous considérons le Conseil comme un interlocuteur politique valable, et une voix importante pour le peuple libyen dans cette phase.
3. Nous condamnons l’usage de la force contre les civils par le régime de Kadhafi et appelons à son arrêt immédiat. Nous soutenons la poursuite de planifications afin d’être prêts à apporter un soutien dans toutes les éventualités, en fonction de l’évolution de la situation, sur la base d’une nécessité avérée, d’une base légale claire et d’un soutien régional ferme. Ceci pourrait inclure une zone d’exclusion aérienne ou d’autres options pour empêcher les attaques aériennes, et nous y travaillons avec nos alliés et nos partenaires, en particulier ceux de la région. Nos deux pays travaillent ensemble sur les éléments d’une résolution du Conseil de sécurité.
4. Nous appelons les Nations Unies à évaluer et surveiller de près la situation humanitaire en Libye et à formuler des propositions pour assurer un accès complet pour les organisations humanitaires et l’assistance aux personnes déplacées. Nous nous tenons prêts à contribuer à cet effort.
5. Nous soutenons l’enquête annoncée par le Procureur de la Cour criminelle internationale et le message que ceci envoie au régime qu’il sera tenu pour responsable de ses actions.
6. Nous appelons tous les pays à mettre en œuvre complètement l’embargo sur les armes, y compris en interdisant la fourniture de personnels armés mercenaires, et de prendre des mesures afin de décourager les recrutements ou les départs d’avions ou de convois de mercenaires. Nous sommes prêts à coopérer avec ces pays à cet égard.
7. Concernant les personnes déplacées à l’extérieur de la Libye, si la situation se détériore, nous devrions tous être prêts à agir et à fournir une assistance supplémentaire, financière et matérielle, y compris des équipements militaires, en coopération avec les organisations internationales et les pays concernés.
Nous adressons copie de cette lettre aux membres du Conseil européen.
"

(1) les pilotes libyens semblent voler assez bas, ce qui dit assez long de leur niveau. C'est ainsi qu'un Su-24 semble avoir été abattu le weekend dernier, par un tir de canon léger des insurgés.
(2) il est loin le temps... pas si éloigné (début 2008), où la France allait chercher en... Libye des armements pour armer le pouvoir tchadien, attaqué par des insurgés venus du Soudan. L'Afrique...