Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 4 juillet 2018

Une très grosse erreur de timing et d'analyse

Un des arguments brandis par le ministère de la défense pour avoir décalé ou remis aux calendes
greco-romaines l'achat d'un Caracal destiné aux forces spéciales, achat qui avait pourtant été promis par la minarm en personne, est celui de l'achat de six Caïman NHFS par la LPM. Il faut rappeler que cet Caracal -voire un deuxième- devait être acquis avant les coupes de 850 MEUR intervenues en juillet, il y a tout juste un an. Des appareils étaient d'ailleurs disponibles chez l'industriel pour permettre à l'armée de l'air d'être livrée très rapidement (mais vraiment très rapidement).

L'argument du minarm n'a donc pas le moindre fond car en plus, l'achat du Caracal répond à un besoin urgent, celui de remplacer un appareil accidenté en opérations (il y a déjà belle lurette). La flotte de Caracal, qui a pris de plein fouet le début des opérations au Sahel, était d'ailleurs assez isolée, puisqu'à l'époque, les Cougar rénovés ne sortaient pas de chez leur constructeur. Et le Caïman, lui, n'était pas encore déployé (et d'ailleurs, pas au profit des forces spéciales).
Comme l'a bien fait remarquer le député corse Jean-Jacques Ferrara, il y a donc urgence pour les commandos des forces spéciales en première ligne d'obtenir cette machine, par ailleurs moins chère qu'un Caiman FS et bien plus rapidement disponible.
On peut y ajouter que le Caracal est un appareil désormais combat proven, au palmarès éloquent, ce qui n'est pas le cas du NHFS. Ce dernier va en effet nécessiter des études, et une très longue campagne de validation. En interne, le sujet divise déjà, sur le registre que l'appareil est trop complexe par rapport aux besoins des FS, qui demandent avant une soute et une capacité de levage (des Chinook seraient plus utiles). Plus d'intelligence embarquée, c'est aussi de façon quasi-sûre, une disponibilité qui ne sera pas optimisée, comme le montre d'ailleurs le taux assez inquiétant d'indisponibilité du Caïman d'origine, pas très numérisé (cf mon post d'hier).
On peut aussi le rappeler, le Caracal est doté d'une perche de ravitaillement en vol, un facteur d'endurance et de foudroyance -un vrai atout pour les forces spéciales-, d'un système d'autoprotection complet, et il peut, en outre, être rapidement doté d'armes, à un coût dérisoire. 
En effet, pour des clients exports, le Caracal a déjà été doté en point avant de paniers à roquettes et de canon de 20, et donc, si l'on suit la logique de la minarm, pas besoin de refaire pour des besoins français des essais qui ont déjà été faits pour des clients exports (parfois, même, sur... des appareils français). Le Caïman n'a pas encore tout à fait les mêmes atouts.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.