Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

lundi 7 novembre 2016

Les vrais chiffres de la dispo hélico Terre

On peut maintenant comprendre pourquoi les chiffres de disponibilité des voilures tournantes sont
restées aussi longtemps sous le boisseau : ils sont mauvais.
Le député François Lamy, qui avait déjà annoncé pendant les débats budgétaires la publication de ces chiffres (annoncés comme mauvais) a tenu parole. Cuillère de bois, le Cougar, seulement 21% de dispo sur les 12 derniers mois, puis le Tigre, à 24%, le Caracal, 26%, le Puma, 30%, le Caïman, 35%, et la Gazelle tient le haut du panier, 46%.
Il faut 370 jours en moyenne pour une visite technique de Puma au lieu de 120, 383 pour un Tigre au lieu de 180. Parfois 540 jours pour un Cougar au lieu de 90.
Les chiffres n'ont jamais été aussi mauvais sur tous les parcs, et démontrent, pour ceux qui l'ignoraient encore, le niveau de détresse dans lequelle se situe aujourd'hui ceux qui conçoivent des opérations, mais aussi les soldats français eux-mêmes.
Imaginons que 21% des TGV soit en état de rouler : certains responsables auraient dû rendre des comptes. Pour un équipement aussi stratégique qu'un hélicoptère, ça passe.
Cet état de fait rend difficile tout état de surprise tactique, même, si par miracle, l'état-major réussi à trouver, dans des périodes bien précises de surge (comme actuellement) à donner du tonus, pendant quelques jours, quelques semaines.
Un patron de RHC explique l'impossibilité de nourrir un deuxième théâtre, sans dégarnir de 50% le premier (Serval-Sangaris en 2013, pour ceux qui ont de la mémoire)
Selon l'élu, seulement un tiers du parc du 4e RHFS, qui oeuvre pour le COS, est disponible. Le patron du 5e RHC n'a pu compter que sur 455,3 heures de vol sur les sept premiers mois de 2016, au lieu des 984 prévues.
Cette crise n'est pas subite : depuis 2003, les rapports parlementaires, mais aussi les articles de presse (y compris sur ce blog) ont multiplié les illustrations de cette lente dégradation, et les risques de sur-emplois à répétition en opérations.
Pour remettre l'outil sur pied, le CEMAT a proposé de sortir de flotte les Gazelle, peu protégées, mais on peut remarquer, par ailleurs, que cette flotte a la disponibilité la plus élevée (c'est la première flotte de Barkhane, d'ailleurs). A ce stade, il n'y a pas d'euros disponibles pour cette relève (par le HIL), et il y a des délais d'attente, de plus, le temps de la fabriquer.
Pour les autres flottes, il faut en effet s'interroger, mais pas que sur le fonctionnement du MCO, mais aussi en rentrant dans le dur de nombreux tabous. Où met-on le clivage entre les missions militaires et civiles ? Sept Puma sont par exemple utilisés au soutien du GIGN et du RAID -cette immobilisation permet de garantir que deux appareils seront en état de décoller- là où un appareil civil ferait l'affaire. La question est aussi posée pour le sauvetage en mer qui n'est pas une mission militaire dans tous les pays (une dizaine de machines en métropole, autant outremer). Les Britanniques l'ont réglé en externalisant ce service. Et pour l'instant, les usagers de la mer ne s'en plaignent pas.