Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 10 mai 2015

Difficile de faire sans l'Atlas...

Sans aller aussi loin que ses collègues britanniques et allemands (qui ont suspendu les vols), le
Français Jean-Yves Le Drian a annoncé aujourd'hui à Lorient que les Atlas en état de voler seraient réservés pour les missions prioritaires en opérations, prenant une décision inattendue. Aucune explication technique n'est venue motiver ce choix. Qui vient s'ajouter aux fortes interrogations pesant déjà sur l'avion sorti de Séville qui s'est crashé hier midi.

Pourquoi limiter les vols aux seules missions prioritaires en opérations ? Cela sous-entend qu'il y aurait un problème, ou une possibilité de risque, mais que pour les urgences, on peut passer outre... Comment le prendront les équipages qui effectueront ces missions ?
Est-ce possible même ? Un équipage ne part pas en vol opérationnel sans être resté en carte avec un minimum de vols d'entraînement ou de missions simples. Et il faut évidemment former les jeunes pilotes, ouvrir de nouveaux domaines (largages, guerre électronique, etc) : tout cela resterait donc en plan le tant que l'enquête débouche (donc sans doute pas très vite) ?
Sans compter qu'un avion qui vole peu a en général plus de problèmes qu'un avion qui vole beaucoup. Limiter l'activité de l'avion peut donc créer des problèmes là où il n'y en avait pas.
On comprend néanmoins les réticences du ministre à totalement grounder trop vite sa flotte, qui effectue des vols logistiques bien utiles vers les zones d'opérations. S'il n'y avait pas d'A400M, il faudrait revenir à la formule quo ante : louer ou tenter de remplir des C-160 et C-130. Alors qu'il n'en reste déjà plus assez pour les pures opérations tactiques.
Déjà que l'avion ne pouvait ni larguer de parachutistes ni effectuer des posers tactiques, cette limitation des vols au strict nécessaire est un coup de plus qui se paiera, de toute façon, à un moment ou un autre pour les militaires français.