Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 1 novembre 2011

L'aventure intérieure

Un peu comme le film éponyme, le livre Forces Spéciales, qui sort officiellement en librairie jeudi n'aurait pas dû voir le jour. Mon éditeur, François de Saint-Exupery me l'a proposé fin juillet pour des textes qui devaient être rendus un mois et demi plus tard. Même à l'échelle de l'édition, c'est court. Et comme il a rigolé en le disant, j'ai compris qu'il valait mieux les rendre en avance, ce qui fut fait, d'ailleurs (1).
Pas simple, car en France, en août, tout s'arrête, ou presque : les acteurs, les vendeurs de taille-crayon, les... allez non, je ne balance pas, on va croire que je m'acharne.
On l'a fait, quand même. En plein mois d'août, Marius a été le premier à répondre à mes questions sur cette aventure humaine qu'il avait vécue, avec ce film. Retrouver un réalisateur qu'il avait pourtant ignoré totalement au début du tournage de A l'école des Bérets Verts, avant de lui promettre, bien plus tard qu'il répondrait si un jour il le rappelait. Marius que j'avais croisé une première fois à Ouistreham, un mois de juin, avant que son visage ne devienne un emblème de rectitude transposé à l'écran dans un documentaire, puis un film de Stéphane Rybojad. L'instructeur du Maître de guerre changeait de tee-shirt tous les jours pour berner ses élèves des Marines Recon, Marius, l'ancien du commando Montfort, lui, parle. Et ses élèves percutent. Mon interview avec lui est la plus intense du livre. La plus courte aussi. Mais chaque mot compte, avec Marius.

Ensuite, j'ai pu interroger Jackie. L'ancien officier du 2e REP, devenu homme de com' (ci-dessus, avec Marius), est promu ambassadeur de France dans ce film. C'est un hasard et non, car il aura contribué à tenir ce film à bout de bras. A sa façon. De conseiller technique, il a muté coach, directeur de la sécurité, logisticien... Je ne sais que dire de plus : si, ceci, l'armée n'a pas su ce qu'elle a perdu quand elle l'a perdu -définitivement-, au mois de juillet. Avec une grande humilité, Jackie raconte comment ce film est né, comment il s'est tourné. Incontournable.
Puis vint Alain, l'autre Alain (Figlarz). Grâce à Robert (merci encore) j'ai pu entrer en contact avec Alain qui, de toute l'équipe, m'a consacré le plus de temps. Un témoignage truculent, haut en couleurs, et souvent en finesse pour ce comédien avant tout connu pour ses cascades. Suivez ce commando, dans le film : il y a d'autres rôles pour cet Alain-là aussi. Pas dans la suite de Forces spéciales, en tout cas.
J'ai terminé ce round d'interviews par le réalisateur lui-même, que j'avais brièvement rencontré fin juillet. Un mois après, Stéphane était déjà tendu par les premières projos. La presse cinéma n'avait rien de conquise, avec déjà des reproches qui ont poursuivi le film depuis. Des mots un peu grotesques (propagande, etc) qui font sourire quand on voit les films d'exception que le cinéma français a sorti ces dernières années (c'est du second degré...)
Pendant un peu plus d'une heure, un soir, on a donc parlé d'autre chose que les critiques, qui n'ont pas eu forcément tous la chance d'aller mettre un orteil en Afghanistan -les opex sont à... Cannes-, et on a remonté le Mekong.
Paradoxalement, le plus facile, dans ce livre, aura été d'écrire sur les sources d'inspiration de ce film : les forces spéciales elles-mêmes. Signaler telle invraisemblance du film (2). Relier telle histoire du film à telle réalité. Ecrire sur ces commandos qui détestent qu'on parle d'eux... en espérant quand même qu'on parle, un jour, d'une façon juste de leur travail. Comme dans le film, la haine de la presse chez quelques uns égale néanmoins la capacité de la grande majorité à faire dans le discernement. Comme tous les militaires, aujourd'hui, leur principale préoccupation porte aujourd'hui sur le manque de reconnaissance.
Pour en avoir croisé quelques uns dans le passé, accompagné des vétérans des commandos marine de 1944 à Spean Bridge en 2004, et avoir connu une année 2011 particulièrement riche en opérations spéciales, ces pages n'ont pas été dures à écrire. Sahel, Côte d'Ivoire, Libye et Afghanistan -deux morts chez les commandos marine depuis décembre, onze commandos du COS en tout depuis 2004- : on peut raisonnablement apprécier de disposer d'un outil aussi réactif.
Bonne lecture, et rendez-vous, bientôt, pour d'autres écrits du troisième type.

(1) à coup d'injections massives de caféine : ce qui me valut de racheter un deuxième portable après que le premier ait succombé aux projections de la dite caféine suivie d'une belle chute (sans oxy).
(2) Evidemment ce film est passé par le tamis d'une production, il a fallu injecter trois mesures de pathos, deux de beaux gosses. Voire de l'invraisemblable (les deux talibans qui participent à la confection d'une tombe). Mais ce film est juste.

Forces Spéciales, Editions Nimrod, 34,90 EUR.