Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 19 septembre 2014

Début des frappes françaises en Irak (actualisé 1)

L'armée de l'air a bombarde ce matin un dépôt dans le nord de l'Irak. Des véhicules, du carburant et
des armements ont été ciblés au nord-est de Mossoul par quatre tirs entre 9h30 et 10h.
La configuration de la cible évoque très clairement un ancien dépôt de l'armée irakienne, avec ses bastions walls, sa clôture externe, et les précautions pyrotechniques de ce type de site. Un HUMVEE, type d'engin qui n'est pas en dotation au sein d'EI, a même fait partie des moyens engloutis par les explosions qui ont suivi le tir des Français.
Cinq cibles étaient prévues sur ce site, mais les quatre premières bombes GBU-12 ont fait détonner par sympathie la cinquième. La patrouille disposaient au total de huit bombes de ce type.
Etrange, une mission identique a été réalisée hier : à Paris, on évoque un "entraînement", sans expliquer en quoi ce type de "répétition", complètement inhabituel, est nécessaire. Une annulation de dernière minute a-t-elle été nécessaire alors même que le président avait prévu d'évoquer les bombardements dans son discours ? 
Pour cette mission, et contrairement aux précédentes, les avions disposaient d'un missile MICA infrarouge chacun, et détenaient leur stock d'obus de 30 mm. Le manque d'armement apparent pour les missions précédentes pourrait être lié à des problèmes d'autorisations de survol. A Paris, on élude ce point, comme d'autres : la France doit-elle aviser les EAU, sa base de départ, avant chaque mission, armée ou non ?
Une chose est sure, le sentiment d'une campagne aérienne qui sera longue est déjà largement présent parmi les exécutants.
Ces derniers savent par avance qu'ils seront attendus au tournant. C'est peut-être ainsi qu'il faut comprendre la présence, ce matin, d'un ATL-2 de la flottille 23F, précédant les Rafale du 3/30 Lorraine, afin de lever les doutes sur la présence d'éventuels civils sur le site. Cet engagement coopératif est, dans l'esprit des Français, la garantie d'éviter les risques d'erreurs, en conjuguant les capteurs des uns et le pod de l'autre.
C'est l'avion de la marine qui serait, dès lors, clairement à l'origine du "go/no go".
Il n'est pas sûr que les limitations d'activité des uns et des autres permettent néanmoins de reconstituer ce couple interarmées à chaque mission.