Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 10 décembre 2013

L'accrochage nocturne (version EMA)

L'EMA a livré en début d'après-midi sa version de "l'accrochage" qui serait intervenu hier à 23h30, à
1200
mètres à l'est de l'aéroport. La section de la première compagnie du 8e RPIMa a fait d'abord une patrouille motorisée, puis a débarqué. C'est à ce moment-là qu'elle bute sur un dispositif non identifié, posé en interdiction sur un axe. L'échange de tirs est "extrêment bref", et "extrêmement nourri". Deux soldats sont grièvement blessés. Il faudra trente minutes avant qu'ils ne puissent être accueillis à l'antenne chirurgicale avancée située à l'intérieur de l'aéroport, c'est la limite extrême pour des blessés graves, qui n'ont pu être médicalisés jusque là que par les auxsan de la section, peut-être un infirmier (mais pas de médecin présent, sur une patrouille). Aucun cadavre d'adversaire n'a été trouvé sur place, indique aussi l'EMA, contredisant les premières informations du député Folliot, qui évoquait la neutralisation des auteurs.
L'EMA assure qu'ils n'étaient qu'une "équipe", soit 5 à 6 hommes, équipés de kalashnikov. Les soldats portent à Bangui les vieilles frags que les paras du 8e RPIMa portaient déjà à Uzbeen, le 18 août 2008 (ce qu'on avait déjà partiellement constaté, au Mali). Elles sont plus légères, mais aussi moins couvrantes et protectrices que celles achetées avec l'adaptation réactive... après Uzbeen.
L'EMA assure aussi que les patrouilles se sont renforcées depuis le 6 décembre. Mais les journalistes présents à Bangui décrivent, eux, une ville vide de soldats français, vraisemblablement accaparés à sécuriser l'aéroport, où François Hollande est annoncé vers 19 heures, et une partie de son trajet dans la ville, s'il devait s'y risquer. L'EMA estime que la ville est sécurisée, ce qui n'empêche pas la possiblité de fusillades : on l'a vu avec celle qui a tué les deux soldats français, cette nuit. Ni les pillages.
L'EMA indique enfin que l'aéroport et ses alentours directs sont "sécurisés". Une appréciation totalement démentie par les témoignages des envoyés spéciaux, et qui indiquent des pillages en cours, autour de l'aéroport, au contact duquel sont massés des Banguissois qui souhaient bénéficier de la protection de l'armée française. Air France, comme la compagnie marocaine RAM, ont d'ailleurs annulé leurs vols vers Bangui. "Nous continuons nos vols" assure l'état-major : c'est possible, parce que l'armée de l'air dispose de ses propres avions, ceux de l'Estérel, pour desservir la capitale. Surtout s'il fallait en extraire les ressortissants, et le dispositif français.
Bangui héberge un million des 4,5 millions de centrafricains. Les pillages et violences communautaires d'aujourd'hui démontrent que la situation peut y dégénérer totalement en quelques heures seulement. La France y étant la seule puissance militaire, le risque est évident que très vite, elle soit rendue responsable de toute dégradation de la situation.