Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 8 octobre 2017

Le sondage interne qui résume vos désillusions

Ce blog en produit souvent (1), mais cette fois, c'est le ministère de la défense qui avait lancé, en
janvier dernier, un sondage en forme d'interrogatoire du moral. Il avait été depuis conservé sous le boisseau, mais il enlumine les annexes du rapport, attendu depuis depuis semaines, du haut comité d'évaluation de la condition militaire (HCECM).
L'échantillon, assuré comme représentatif, comportait 1683 militaires, et a été interrogé en ligne du 5 au 13 janvier.
Comme cela est régulièrement entendu dans la bouche même des militaires, mais aussi à la sortie des CSFM, le manque de reconnaissance reste très élevé et illustre à quel point l'institution -ou les politiques, ou les deux- est aussi allée à la limité d'élasticité des humains qui la servent, sans le compenser suffisamment. 68% des militaires interrogés estiment que les Français ne connaissent pas leurs missions, niveau qui monte à 87% chez les officiers, pourtant les premiers en ligne pour faire rayonner leurs unités. Ce sont eux en effet qui reçoivent les élus, la presse, et décident, par ailleurs, de la recevoir, ou pas (sur ce sujet, on peut d'ailleurs constater une régression de la transparence ces dernières années).
62% des militaires interrogés se disent prêts à quitter leur armée si l'occasion se présente. Pour 53%, c'est le manque de moyens qui explique leur volonté de quitter l'institution, et pour 55%, la difficulté à concilier vie professionnelle et familiale. De très gros défis qui auront à trouver pour seule réponse des augmentations de crédits d'équipements (le sondage de ce blog montre le scepticisme des répondants sur la capacité à tenir les promesses budgétaires, cf résultats à droite...) ou le package familles annoncé dès le mois de juillet. Mais sur lequel la communication n'a pas vraiment progressé.
Le malaise est de toute façon bien plus profond encore, 53% des militaires s'estimant mal payés -ils sont 61% dans l'armée de terre-. Et 25% des sondés estiment que leurs capacités ne sont pas mises à contribution.
Bien sur, on peut, comme bien des études, ne pas en tenir compte, et les placer sous le dessous de la pile. Mais le rapport du HCECM explique aussi que l'effet de zapping, dont les armées avaient longtemps été préservées, les touche maintenant de plein fouet. Officiellement, personne ne reconnaît manquer de choix à l'entrée (c'est pourtant aussi une contrainte réelle), mais ce n'est même plus le problème, si les départs s'avèrent de plus en plus rapides. D'autant plus que les formations, elles, s'avèrent de plus en plus longues et coûteuses, et l'attrition (abandon en cours de formation) reste, elle, soutenue.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137

(1) les résultats du dernier sondage de ce blog sont visibles dans la colonne de droite. En substance, 87% des 1177 internautes qui ont répondu à ce sondage sur 8 jours n'ont pas été convaincus par le projet de budget 2018. Et quand on leur demande pourquoi, ils sont 50% des 1153 répondants à estimer que la modernisation des équipements conventionnels n'est pas assez rapide, et 42%, à émettre des doutes sur la réalisation à 100% de ce projet. Seulement 5% des répondants verbalisent sur une insuffisante politique sociale.
(1) lire ci-contre les résultats du dernier.