Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

samedi 11 juin 2016

Où sont les forces spéciales ?

Coup sur coup, en quelques semaines, des fuites ont permis la localisation, parfois assez précise des
forces spéciales françaises en opérations. On le sait, une bonne partie de leur efficacité repose sur l'effet de surprise, et non des déploiements qui s'inscrivent dans la durée. Or, depuis l'Afghanistan, le COS se retrouve désormais et la plupart du temps dans des missions longues, avec des points d'appui connus, ce qui peut lui compliquer ses affaires. Tout ce qui filtre du niveau politico-militaire lui complique donc la donne.

Depuis 2008 au Sahel, la TF Sabre dispose d'une base à Ouagadougou, une base centrale dans la sous-région, qui lui permet d'être aux premières loges pour tenter de libérer deux otages français (Archange Foudroyant), en janvier 2011, puis lors du rezzou sur Bamako, en janvier 2013. On peut aussi remarquer que cette base centrale a aussi permis de réagir vite à Bamako et à Ouagadougou, lors de deux attaques terroristes. Premières arrivées, les FS seront aussi peut-être les dernières... à rester, une fois que la boîte de Pandore du rapport coût/efficacité de Barkhane sera ouvert, peut-être pendant la campagne des présidentielles, dans la foulée du même débat sur Sentinelle, déjà bien amorcé.
Deuxième TF la plus ancienne, Kara a aggloméré les composantes spéciales installées à Djibouti au fil des ans, en lui donnant une capacité de commandement.
La troisième TF opère contre Daech, depuis 2014. Le nom n'a pas été difficile à trouver : Hydra (comme les roquettes, comme le Camp, ou comme... l'hydre). On sait depuis 2014 que le COS forme des peshmergas, mais cettte TF ne se contente pas de former, elle agit aussi, avec sa tête, ses bras, et régulièrement, avec l'index qui presse la queue de détente. Assez étrangement, c'est la Défense elle-même qui localisé des éléments de cette TF en Syrie, alors que Jean-Yves Le Drian, avec constance, refuse toujours d'évoquer le travail des forces spéciales, et encore moins les localiser.
La dernière en date, qu'on aurait pu baptiser Bergé, a du travail en Libye, là où le COS avait déjà oeuvré, en 2011, avec des spécialistes du renseignement et du ciblage. Jusqu'à maintenant, la Défense avait réussi à passer entre les articles, plus ou moins précis, mais c'est un haut responsable de l'ONU qui a explicitement évoqué la présence des forces spéciales françaises. Lui n'aura donc pas le droit à l'enquête de la DPSD. Même si on peut s'étonner que l'ONU soit informée de la nature des personnels militaires français dans une zone dans laquelle l'ONU n'a pas d'opérations de maintien de la paix. Voila une vraie question par exemple.

(cet article est garanti 100% d'info ouvertes)