Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

jeudi 23 juin 2016

Inch ALSA2R

Après les drones ("ah les drones"), le rétrofit des 2000D (hein quoi ?), et le programme VLFS/PLFS
(ca y est, c'est fait mais pas encore livré), on commençait à se demander ce que devenait le programme ALS2AR : les pessimistes sont rassurés, la DGA a notifié un contrat d'un montant non dévoilé (1) à Thales et Sabena.
En douze lignes d'un communiqué qui bat des records de laconisme, on apprend que le premier appareil sera livré en 2018 et le deuxième en 2019. Rien sur le troisième, prévu par la LPM, et donc déjà dans les limbes programmatiques. Des délais peut-être un peu optimistes, quand on voit comment d'autres programmes moins ambitieux (douanes, mais qui n'ont pas la DGA) ont pataugé dans la semoule. C'est simple, depuis 2001, pas un programme ISR, petit ou gros, piloté ou dronisé, n'est arrivé en temps, en heure et en coût.
L'ALSA2R sera mulitmoteur (Beech 350), multicapteur (ROIM, sans doute ROEM, et peut être RORAD). Hypothèses, évidemment, car le communiqué n'en parle pas, pas plus que de la future unité exploitante.
Le base est plutôt tranchée : Evreux, qui héberge l'escadron Dunkerque et le GAM-56 Vaucluse, l'unité volante de la DGSE.Chacun aura-t-il le sien ? Fera-t-on gamelle commune, comme cela peut se faire dans des DAT entre DRM et DGSE ?
L'idée de l'affecter à l'escadron de drones 1/33 Belfort, qui exploite elle aussi des données ROIM et ROEM, et qui possède des pilotes, ne semble pas avoir percé (une erreur, sans doute). Elle aurait sans doute amené plus de personnel dans les drones, alors que les navigants du Belfort doivent faire une croix sur leur solde à l'air (s'ils ne volent plus).
Contrairement à une idée reçue, il n'y a pas pléthore de candidatures pour cette unité très employée : lui affecter les ALSA2R aurait sans doute contribué à changer la donne et à profiter des synergies de métiers.
Rappelons que les ISR légers ramènent vers ceux qui les cherchent les renseignements à même de prolonger des opérations, ou parfois, de les déclencher. Ces moyens contribuent, comme génériquement tous les moyens ISR, à la force protection. Un ISR léger avait oeuvré dans ce sens en Centrafrique, dans une zone un peu compliquée : des vies de soldats français ont sans doute été épargnées par cet avion (de la DRM ce jour-là).
Actuellement, faute de mieux, et ça durera bien après la livraison des ALSA2R, la DRM et la DGSE doivent louer (séparément) une demi-douzaine d'appareils monomoteurs et bimoteurs, qui ont opéré sur pas moins de quatre théâtres différents depuis 2013.
Ces deux directions n'ont fait appel qu'à un seul fournisseur, jusqu'à maintenant, même si DCI, et désormais Atos ne cachent pas leur ambition d'en être.

(1) la DGA justifie l'absence de communication sur les montants des programmes par la nécessité de conserver un avantage dans les négos export. Pourtant, aucune chance que ces ALSA2R soient exportés. :)