Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mardi 24 février 2015

Ces drones qui donnent des maux de tête

Au moins cinq survols de drones ont été constatés par les autorités au-dessus de Paris, cette nuit. Rien
n'indique que d'autres n'aient pas eu lieu, les jours passés, et n'aient pas été détectés. Selon les premiers éléments diffusés ce matin, ont notamment été survolés l'ambassade américaine, la Tour Eiffel, les Invalides, Bastille, Concorde.

Dans ces lieux on trouve donc des secteurs touristiques et sensibles. Et peut-être même un symbole, puisque les Invalides logent à la fois l'organe qui assure les écoutes de sécurité gouvernementales, et le SGDSN. Ce dernier a dû prendre en compte -un peu tardivement- cette problématique des mini-drones, après les premiers survols détectés au-dessus des centrales nucléaires, en octobre dernier. Depuis, des survols ont été détectés au-dessus de l'Elysée puis de l'Ile Longue.
Le SGDSN a notamment diffusé, via l'ANR, un appel d'offres pour un petit contrat d'études visant à développer une stratégie globale antidrones. La modicité de l'épaisseur de l'enveloppe budgétaire ne permet pas d'envisager une réponse très hardie... même si parfois, de bonnes idées ne coûtent pas forcément cher.
Comme pour compliquer la tâche des autorités, aucune revendication d'aucune sorte n'a été diffusée.
Comme je le rappelais ce matin sur LCI, ces survols qui sont restés pour l'instant non violents -rien n'a été largué, et le drone ne s'est pas écrasé sur ces sites- ressemblent à ce que la France avait connu dans les années 80 avec le Baron Noir, puis, dans un registre différent, avec le groupe AZF. Dans les deux cas, on n'a jamais interpellé le moindre auteur, et leurs actions se sont interrompues.
Mais évidemment, dans le contexte terroriste, ces survols sont une démonstration plutôt incitative, puisqu'illustrant un état de carence évident.
Dès les années 2000, le ministère de la défense s'était penché sur la problématique de drones utilisés comme outil terroriste. L'inquiétude portait alors sur des attaques kamikazes lors d'évènements internationaux sur le sol français. L'armée de l'air anime d'ailleurs une thématique sur la défense anti-drones, au sein de son centre d'expertise drones de Salon-de-Provence, et via le Centre d'expertise aérienne militaire (CEAM) de Mont-de-Marsan.
Néanmoins, une bonne partie des opérations de recherches se situent néanmoins au sol, car si le drone vole, c'est bien au sol qu'il finit par se poser, et c'est là que se situe aussi son pilote. La capacité de ces petits drones à décoller et à se poser simplement rendant quasiment illusoire -mais pas impossible- toute possibilité de les détecter et les détruire par un aéronef en vol.
A l'instar de l'armée de l'air, la marine a, ces dernières années, néanmoins renforcé ses capacités en la matière.