Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 13 juillet 2018

Hélicoptères : de grosses marges de manoeuvre

La LPM n'ayant pas pris la mesure de l'état de délabrement de la trame hélicoptères des armées et de
la forte attrition des dernières années (dont 4 Gazelle perdues en même pas sept mois...), il reste possible néanmoins de retrouver des marges de manoeuvre pour gérer la crise dans les dix ans à venir qui ne règleront donc pas fondamentalement la donne. D'abord, aller chercher des hélicoptères qui ont une sous-activité, un sujet qui n'a pas fait l'objet d'une traque très vigoureuse des états-majors. On peut trouver ainsi une demi-douzaine d'hélicoptères pas très occupés à la DGA (pas forcément utilisables tels quels, mais ils peuvent rendre des services) et au groupe interarmées d'hélicoptères (GIH). Cette unité n'a pas trouvé son régime de croisière opérationnel depuis 2006, et d'ailleurs, l'armée de l'air a déjà retiré sa contribution de deux machines. Ce soutien au ministère de l'Intérieur doit désormais disparaître : le ministère peut, en interne, gérer la situation.
Ses antennes GIGN et RAID maillent désormais mieux le territoire, et la gendarmerie peut acquérir des hélicoptères manoeuvre, si le besoin est si patent. La question peut aussi être posée sur la flotte utilisée par le GAMSTAT. La colocalisation des Caracal dans l'armée de l'air, un dossier qui a pris une dizaine d'années de retard du fait des actions successives de l'armée de terre, ne produira que des effets vertueux, en concentrant la ressource en pièces, mais aussi en ressources humaines. Elle ne peut que relever le taux de disponibilité de cette flotte, puisque la disponibilité des Caracal Terre est notoirement basse depuis des années, alors que ses hélicoptères sont les mêmes que ceux de l'armée de l'air. Avec 18 Caracal à Cazaux, on peut enfin pouvoir aligner plusieurs plots Resco (dans le contrat capacitaire des armées) et offrir au COS plusieurs modules d'opérations spéciales armables et ravitaillables en vol. Cette décision est simple à mener : il suffit d'un trait de crayon du CEMA.
En réduisant le nombre de bases de déploiement des Puma et des Gazelle, on peut aussi prendre en compte le manque patent de mécaniciens et l'insuffisance des pièces de rechanges. Bref les sites doivent être spécialisés par types de machines, afin de prendre durablement en compte les problématiques de MCO.
Il faudra aussi se poser la question dans la marine de savoir si un appareil aussi coûteux que le Caïman, à l'achat et à la mise en oeuvre, doit servir au sauvetage en mer. Là où des appareils civils feraient très bien le travail, comme c'est le cas en Grande-Bretagne notamment.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.