Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

lundi 22 août 2016

Plus de 50 Scalp tirés contre Daech

Le missile de croisière Scalp-EG avait été développé dans les années 90 pour tirer des bunkers
d'adversaires relevés, mais aujourd'hui, c'est contre un cadre complètement asymétrique que la France les tire comme des petits pains, contre Daech : plus de 50 (10% du stock total) ont été tirés en quelques mois. La marine en a tiré une dizaine, et l'armée de l'air, le reste. Un seul missile est emporté par un Mirage 2000D et un Rafale Marine, deux par un Rafale Air -qu'il soit biplace ou monoplace-.
Ce blog a déjà expliqué pourquoi cette arme était si populaire : elle est d'abord disponible, puis fiable, et la tirer évite d'avoir à la moderniser.
Le dernier raid mené contre Daech mobilisant cette arme s'est tenu hier à Raqqah (Syrie), sur ce qui est présenté comme un "centre de stockage et de maintenance d'armements lourds".
On ignore le nombre de missiles tirés (l'EMA parle d'une dizaine). Quatre Mirage 2000D, quatre Rafale (soit possiblement 12 missiles) étaient en l'air hier, avec un ATL-2 de la marine pour assurer la vision de la zone.
Aucune photo de la cible détruite n'a été fournie, pas plus que le résultat de la frappe.
La portée des capteurs optiques de ce dernier est assez faible, ce qui illustre, incidemment, le niveau de risque pris par les marins, dans une zone où Daech est solidement implanté. On pourrait même s'interroger sur ce niveau de risque là où un drone sans humain à bord aurait pu aussi faire le travail.
Mais, pour l'instant en tout cas, la France n'a pas de Reaper dans le coin. Il faut donc faire à l'ancienne pour ne pas avoir à demander aux copains de la coalition de faire le job.
Au final, cette attaque s'inscrit dans une lignée, visant à abraser le potentiel de Daech. Si l'armée terroriste a perdu gros hier, elle ne pourra pas facilement reconstituer son potentiel, sauf à récupérer les armements de ses adversaires.
Une telle frappe, reposant sur du renseignement patiemment accumulé, simplifiera donc la vie des adversaires de Daech, Bachar-al-Assad compris.
Elle illustre en tout cas une réalité persistante : pour l'instant en tout cas, seule l'aviation et les forces spéciales sont à la pointe du combat terroriste, qui ne s'est pas interrompu avec les congés d'été.
Ce matin, l'EMA n'était pas disponible pour livrer une date d'arrivée de l'artillerie française évoquée après l'attaque de Nice, il y a plus d'un mois. Il y a quelques heures la presse britannique, enthousiaste, annonçait même l'arrivée de la Légion (le 2e REP est de Guépard) dans la zone.