Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 4 janvier 2017

Chammal : +88% de frappes en 2016

L'armée de l'air et la marine ont frappé à 684 reprises en Irak et en Syrie en 2016, c'est 88% de plus
qu'en 2015 (362). L'année 2016 a donc, à elle seule, concentré 63% des frappes de l'opération Chammal.
Environ 85% des ces frappes ont été réalisées par l'armée de l'air, présente dans la durée depuis septembre 2014, avec des moyens qui n'ont jamais dépassé les 14 chasseurs, niveau d'engagement actuel, tout en Rafale.
C'est en octobre dernier que la France a frappé le plus (93 fois), à la faveur d'une conjonction d'un nombre important de cibles, lié à la reconquête de Mossoul, mais aussi d'un pic de présence d'avions. 36 Rafale étaient alors présents dans cette zone (un pic historique dans l'histoire de cet avion, un Rafale français sur quatre luttait contre Daech à cette époque), même si tous ne volaient pas simultanément comme ce blog l'a déjà expliqué.
Les lecteurs de ce blog le savent déjà : l'historique des frappes montre clairement le changement de posture après le Bataclan, puisque jusqu'alors, le volume mensuel de frappes n'avait jamais dépassé les 34 mensuelles. Y compris lors de la présence du porte-avions, au premier trimestre.
Dès lors, sauf en août et en septembre 2016, le volume de frappes n'a jamais été inférieur. En ne comptant que sur ses seules forces et un volume limité d'appareils -une douzaine au total, mais principalement ceux de la Jordanie-, l'armée de l'air a tenu des cadences très importantes, comme 80 frappes en mai dernier.
Il faut le rappeler, une frappe n'est pas l'unique effet et justification de la réalisation d'une mission aérienne. Il faut aussi réunir des conditions météo, de réductions de dommages collatéraux, et il faut, c'est un lapalissade, des cibles à frapper. Toute frappe est aussi spécifique, les agréger n'est donc pas forcément un bon réflexe.
Mais, à l'heure des comptes, il n'est pas inutile de s'en souvenir aussi : ces bombes contribuent à abraser le potentiel de Daech et d'Al Qaeda, en Irak, en Syrie, en BSS, en Libye, simplifiant les offensives de grand style, comme c'est le cas à Mossoul aujourd'hui, à Raqqa demain : sans carburant, sans munitions, sans armes, il est beaucoup plus difficile de faire la guerre, même s'il ne suffit "que" d'engrais pour fabriquer des IED.
Mais il est tout aussi évident, que sans kamikazes, et sans école pour les former dans tout l'arc de crise évoqué ci-dessus, les rues de France et d'Europe seront aussi plus sûres, demain.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.