Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

mercredi 30 août 2017

Avant la rentrée, déjà les interros écrites

Sans doute jamais ces dernières années, la rentrée n'aura été aussi difficile à la défense. Certes, le
ministère a évité des explications pénibles, du fait d'une mobilisation très faible d'épouses de militaires (1% des soutiens du compte Facebook étaient à Paris...) mais en régions, les esprits s'échauffent, et d'autres éruptions pourraient vite intervenir. D'autant plus que l'organisatrice du mouvement avait annoncé sous 15 jours une manifestation en Occitanie, où les bases militaires sont plus importantes qu'à Paris. Et à la mi-septembre, tout le monde sera rentré de vacances.
La défense a bien cherché à se concilier les personnels avec un train de mesures dont la révélation est prévue fin septembre, avec des concertations réalisées avec des associations et des organes de concertation. Mais les APNM en ont apparemment été exclues. Pas sûr non plus que les militaires croient à la sincérité de cet énième plan, alors que déjà les mesures de 2015 ne se sont pas toutes traduites en réalités. Et que les militaires ont le sentiment qu'il leur est plus difficile d'avoir une place en crèche que d'autres français qui ont des horaires moins élastiques.
Or, même si la faible mobilisation des épouses semble encore faire sourire, il faut se souvenir avec quelle rapidité le mouvement des gendarmes avait fait flores, il y a plus de 15 ans. Les militaires des trois armées y ont vu une injustice à l'époque... mais le résultat est là, dans les moyens des gendarmes, et la solidité de leur statut. Alors que les militaires craignent de leur côté devoir faire encore des sacrifices sur le leur.
LE BUDGETAIRE, UN TONNEAU DES DANAIDES
Axe de com principal, le "demain tout ira mieux" peine à convaincre. D'abord parce qu'aujourd'hui sera difficile à boucler, et les coupes, sur 2017, devraient dépasser allègrement les 850 MEUR évoqués en juillet. La hausse annoncée pour 2018 est aussi un trompe l'oeil, entre reports de charges de 2016 et 2017, mais aussi nouvelles charges (le mindef financera 100% des opex). Or les militaires ont déjà le sentiment d'avoir été trahis par cette première coupe. Le départ de leur CEMA ne restant qu'un symbole, devenu anecdotique, car les coupes contraindront, elles, leur quotidien et leurs lendemains.
Ce départ, assez rare dans l'histoire récente, n'est peut-être que le début, d'autres posers de képis n'étant pas à exclure. La nomination d'un CEMA jeune pour un mandat probable de cinq ans risque aussi de décourager ses suiveurs à envisager de lui succéder... et donc de contribuer à une vague de reconversions anticipées.
La séquence choisie par l'exécutif est aussi mal comprise : comment une revue stratégique (interrompue par les congés d'étés) qui ne prend pas en compte la problématique de la détérioration continue des moyen depuis dix ans va-t-elle pouvoir rétablir le niveau des armées ? L'idée d'un exercice pipé est dans beaucoup d'esprits. Alors même que la France n'a plus la moindre marge de manoeuvre en cas de gros problème (RESEVAC) ou d'ouverture de nouveau théâtre : il faudrait alors déshabiller Paul pour habiller Pierre (ce qui fut fait déjà pour alimenter la RCA en 2014). On ne manque pas de fantassins ou de VBCI, par contre on manque toujours des mêmes moyens : hélicoptères, drones, forces spéciales, avions de transport. Et avec le temps qui passe, on commence à manquer aussi de chasseurs (sous l'os), de patrouilleurs, de bonne humeur...
La défense est aussi exposée plus que jamais en opérations : le mois de juillet l'a clairement montré au Sahel, mais aussi sur le territoire national. Dans les opérations, mais aussi les entraînements, où les accidents, parfois mortels, se sont multipliés. A ce stade, il n'est pas possible de les relier à la suractivité humaine, et à l'âge du matériel car la transparence n'existe pas vraiment.
Même si évidemment le mot fait peur, il résume une bonne partie de la situation actuelle. Les armées vivent un déclassement réel social, budgétaire, opérationnel comme elle ne l'ont jamais connues auparavant.  L'opération reconquête des coeurs et des esprits sera difficile.

Mes informations sur le twitter @defense137.