Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 23 février 2018

Face aux IED, la mobilisation de l'EMA

Les multiples attaques à l'IED et par mine enregistrées ces derniers mois par Barkhane, et restituées
par ce blog (1), n'ont évidemment pas laissés indifférents les premiers concernés : les militaires déployés sur place, et ceux qui les soutiennent, en France.
Ce blog avait expliquait que des ciblages spécifiques avaient manifestement été réalisés sur des VABSAN par le passé, et c'est donc vraisemblablement ce qui a été le cas aussi pour le VBL du chef de corps du GTIA des Spahis, avant-hier. De tels véhicules sont relativement faciles à identifier, tout comme il est facile, même pour un non initié, d'identifier un chef de corps. Un cruel rappel à l'ordre pour ceux qui croyaient n'avoir avoir qu'à des combattants de seconde zone qui n'avaient ni yeux ni oreilles, ni cerveau.
Pour contrer ces capacités, l'EMA a dû faire feu de tout bois. Des véhicules mieux blindés sont progressivement envoyés sur place, mais, et ce blog l'a rappelé à plusieurs reprises, cette guerre est faite à l'économie. Le terme dérange, évidemment, mais les surcoûts opex ont atteint, en 2017, un pic historique, et les engagements sont réalisés sous contrainte budgétaire. L'EMA fait donc avec... les fonds qui lui sont affectés. On a vu que les ajustements brutaux et sans préavis pouvait, éventuellement, lui compliquer la tâche.
A ce stade, on le sait, les véhicules les plus protégeants -VBCI et Aravis- sont en nombre ridiculement bas au Sahel. Plus de 600 VBCI ont pourtant été produits...
Pour ce qui est de l'Aravis, on sait qu'ils ont été orientés vers le Levant pour les forces spéciales qui n'avaient eux encore moins que rien, seuls les démineurs en possèdent à Barkhane. Le VAB Ultima jouit par ailleurs d'une bonne protection, et les VAB sanitaires, manifestement surciblés, jouissent depuis quelques semaines seulement d'adaptations. "Des emplâtres sur une jambe de bois" diront les uns, la mission continue disent les équipes médicales en connaissant les risques.
Afin de troubler les tactiques des GAT, les cavaliers du GTIA Dauphin (qui avait précédé les Spahis à Kidal) avaient mis en place leurs modes d'action, qui semblaient avoir été efficaces, en tout cas pour la protection des convois.
Des urgences opérations ont aussi été lancées comme expliqué par ce blog l'an dernier. La DRM est aussi mobilisée sur ce sujet, sur le théâtre et en France.
Mais sans la logique habituelle opposant glaive et bouclier, les GAT se sont encore adaptés. Les spécialistes notent notamment une complexification croissante des charges, ainsi que leur augmentation de puissance. De quoi risquer une escalade entre Français et GAT : les premiers veulent démontrer leurs résultats -les attaques récentes l'illustrent- et les seconds, qu'ils ont toujours des moyens sous le pied (et la capacité à faire réfléchir les électeurs).
Comme le disaient les Afghans, qui avaient constaté que les Français ne resteraient pas éternellement : "vous avez la montre, nous avons le temps".

(1) notamment ici,   et . Comme l'atteste ce post de 2013 et les photos qui l'accompagnent, dès cette date, les GAT avait des modes d'emploi et du matériel pour travailler le sujet IED.