Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 22 septembre 2017

Comment le CEPOCAA a préparé la patrouille du 17 mars

Trois personnels de l'armée de l'air ont été décorés ce jour aux Invalides, lors de la cérémonie des as,
pour leur action lors de la neutralisation d'un individu, à Orly sud, qui s'en était pris à leur patrouille, en mars dernier. L'un des trois est une femme, et la patrouille était constituée d'un sous-officier, d'un MTA (administratif) et d'un aviateur (réserviste). Les deux derniers, en patrouille, portent un FAMAS, le premier, un pistolet semi-automatique, en plus d'un FAMAS.

Pour des raisons de sécurité, mais aussi du fait de la procédure judiciaire en cours, la restitution de leur action est nécessairement frustrante (c'est pour cela que leurs unités d'origine ne sont pas indiquées) et manquent de détails sur ce qui s'est passé ce jour-là. Ils ont néanmoins accepté d'en parler après la cérémonie, à votre serviteur et à RTL.
L'essentiel de leur efficacité aura reposé sur leur "cohésion" reconnaissent-ils tous, c'est le résultat du stage Griffon mis en place par le CEPOCAA (centre de préparation opérationnelle de l'armée de l'air) d'Orange, qui instruit les personnels provenant de toutes les bases et spécialités qui seront, pendant six mois, aptes à participer à Sentinelle. Griffon est le successeur des stages Martel mis en place pour l'Afghanistan.
Le sous-officier, issu d'une spécialité opérationnelle mais pas combattante, parle lui d'une réaction "d'instinct" résultat de la formation du CEPOCAA qui a donc fait de ces spécialistes de leur domaine des patrouilleurs capables de riposter à une attaque terroriste sans pour autant occire le public de l'aérogare. La réaction de l'un des membres de la patrouille, à qui l'attaquant voulait prendre le FAMAS, a permis aux deux autres de riposter à l'attaque.
Cette dernière est intervenue le matin, peu après une relève, et correspond, dans sa réponse, à des actes réflexes appris au CEPOCAA, dont le travail de fond de plusieurs mois sort ainsi de l'ombre. L'attaque du Louvre (gérée par les paras de la 11e BP) ayant précédé celle d'Orly, les aviateurs n'ont donc pas été surpris par un mode opératoire qui faisaient partie du contenu de leur préparation opérationnelle.
Ils ont, d'ailleurs, depuis, assuré deux tours de Sentinelle, exactement au même endroit. Avant de reprendre leur emploi d'origine. Ce qui confirme la capacité de ces spécialistes à être utilisé sur des missions de protection (qui pourraient, demain, concerner leur propre base), mais aussi la bonne adaptation du CEPOCAA aux réalités du terrain. Les enseignements évoluent en permanence, m'expliquaient récemment un cadre du centre, afin de justement coller à ces réalités. Un spécialiste de de l'armée de l'air détenant des qualités particulières va d'ailleurs être mobilisé pour parfaire la formation des Sentinelle.  
Le réserviste, lui, vient de passer les tests pour intégrer l'armée de l'air comme sous-officier, dans une spécialité différente de celle qui l'utilisait jusqu'à maintenant.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.