Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 28 octobre 2016

Le montant des opex pré-inscrit dans la LPM est "insincère"

Alors que le député LR François Cornut-Gentille expliquait hier que les armées n'avaient eu en
2015 que les deux tiers de l'équipement promis, un sénateur LR d'Ille et Villaine, Dominique de Legge relatait lui, dans un rapport, les effets nuisibles du système actuel des opex qui provoquent un sur-usure du système de défense et dont le calcul n'est pas suffisant en l'état.
Ce blog l'a écrit à plusieurs reprises, et d'autres parlementaires, notamment à l'assemblée, l'ont déjà signalé, mais ce rappel sonne en forme de mise en garde. L'examen du travail du rapporteur spécial de la mission défense sur le financement des opex a eu lieu mercredi : l'élu constate que le montant des dépenses prises dans le périmètre des surcoûts est en fait "incomplet, excluant certains facteurs tels que l’usure prématurée des matériels, les pertes, destructions et cessions gratuites de matériels aux armées étrangères -encore un Puma il y a peu, alors que l'ALAT n'affiche pas la moindre marge de manoeuvre- ou encore la dépréciation du « capital humain ».
Dominique de Legge estime aussi que le montant inscrit désormais presque rituellement en LFI (450 millions d’euros) "à partir d’hypothèses rapidement obsolètes, est insincère, celui-ci étant systématiquement dépassé de plus de 650 millions d’euros chaque année".
Le sénateur enfonce le clou : "Outre un enjeu de droit budgétaire, cette situation pose la question de la capacité opérationnelle de l’armée française et donc de la capacité de la France à assurer sa sécurité. Si la France entend continuer de jouer le rôle qu’elle s’est assignée sur la scène internationale, il apparaît indispensable de remédier rapidement à cette situation".
L'élu a formulé au total 16 recommandations, dont voici les quatre principales, faisant à mon sens avancer la réflexion sur le financement des opex, mais aussi leur financement : "améliorer le dispositif de soutien" -le ministre dit travailler ce sujet, notamment pour les ATL-2 et hélicoptères-, "améliorer la connaissance du surcoût des opex et préciser ses modalités de calcul", "inscrire une provision opex plus juste et plus sincère", "engager une réflexion sur la pertinence du maintien des opérations intérieures ainsi que sur leurs modalités de financement".