Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

lundi 24 octobre 2016

Au moins trois français tués dans le crash d'un Merlin IV

Un bimoteur Merlin IV s'est écrasé ce matin à Malte, tuant les cinq occupants, deux pilotes et trois
ressortissants du ministère de la défense français. Ces trois personnes peuvent être aussi bien de statut civil que militaire, seuls des agents de la DGSE et du COS sont déployés en Libye. Le ministère ne communique jamais sur des identités, tant que les familles ne sont pas informées. Les identités des agents de la DGSE ne sont jamais données.
Les deux pilotes pourraient aussi être français, et d'anciens militaires, le profil recherché par CAE Aviation et ses clients français.
Aucune explication n'a été donnée à ce qui ressemble, au vu des images disponibles, à une perte de contrôle dont les causes ne sont pas connues, intervenue peu de temps après le décollage. L'appareil devait revenir à Malte à l'issue.
Vu la destination de cet avion, on peut tout imaginer car selon les autorités locales, cet avion devait rejoindre Misrata (Libye), et est exploité par la société luxembourgeoise CAE Aviation qui loue des avions équipés à la DRM et à la DGSE, principalement pour des missions de renseignement. Ces avions peuvent aussi servir à du transport moins silhouetté qu'avec un Transall ou un Hercules portant cocardes.
Le ministère de la défense a été obligé d'en dire plus, puisque très tôt, l'union européenne a expliqué que cet avion ne travaillait pas à son profit (Le Luxembourg lui fournit parfois des heures achetées à CAE Aviation pour Sophia ou Frontex).
Problème, les qualités des occupants n'ont vraisemblablement pas été détaillées au gouvernement maltais qui lui évoque des "douaniers" (le travail réel de ces derniers risque de se compliquer, désormais). La Douane a dû démentir qu'il s'agissait de ses personnels, face à l'afflux de messages de condoléances.
Pas sûr non plus que le gouvernement libyen, qui ne supporte pas vraiment l'appui des Français au général Haftar, posté à Benghazi, soit également totalement informé de ce vol -et des nombreux qui l'ont précédé, comme en atteste des sources ouvertes- et de ses motifs réels. Le gouvernement d'union nationale avait déjà été échaudé par la mort de trois agents de la DGSE, en juillet. Et peut-être par des émissions de radio dévoilées ici.
Dans un dépêche AFP extrêmement laconique, le ministère a reconnu la mort de ses trois personnels qui devaient être mobilisés dans une "mission de reconnaissance en Méditerranée". Une explication étrange, puisque c'est le travail d'avions de la Marine, notamment de Falcon 50 Surmar et d'ATL-2, en tout cas pas d'un appareil équipé de la sorte. Ce qui confirme, par défaut, qu'il s'agissait donc plutôt de travailler sur les côtes libyennes qui bordent la Méditerranée. 

D'autres informations à venir, d'autres informations et photos sur mon twitter @defense137.