Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 17 janvier 2016

Mets ta cagoule (suite)

Une nouvelle illustration du décalage entre le rythme médiatique et celui des opérations est bien
apparu, ce matin, plus de 24 h après la fin de l'attaque du Splendid (et 36 h après le début).
Des rédactions ont reçu un appel de l'EMACOM demandant à ce que des photos parues depuis le début de la prise d'otages soient floutées, puisque sur certaines, des commandos français ne portaient pas de cagoule (1).
La loi française précise que les personnels des unités spéciales, inscrites sur une liste diffusée au journal officiel, doivent voir leur anonymat préservé. Dans une acception restrictive, on peut comprendre qu'il ne doivent pas être nommés, mais cela peut inclure, dans une acception plus large, le fait qu'ils ne puissent pas être reconnus.
Problème, évidemment, il faut savoir qu'on a affaire à des commandos du COS, alors que par exemple, l'Elysée, hier matin, n'évoquait que des troupes françaises. Et que l'EMA n'a pas reconnu immédiatement non plus l'implication du COS. Il y a 22 heures, il parlait, comme l'Elysée, de "forces françaises" avant, deux heures plus tard, de reconnaître qu'il s'agit de forces spéciales.
Seulement, le rythme de l'info n'attend pas les officialisation de l'EMA, ce qui créée donc, de fait, une faille immense dans la loi française.
Puisque tant que les combattants ne sont pas officialisés comme FS, il ne sont que des combattants français, donc, de ce fait, pas protégés par la loi.
Si l'EMA avait, dès l'engagement des commandos du COS, reconnu qu'il s'agissait de FS, la loi aurait pu s'appliquer. Et les rédactions, informées de cet état de fait, auraient pu respecter (ou pas) la loi en toute connaissance de cause.
Mais sans cette officialisation, point de condamnation possible.
D'autant plus que la plupart des rédactions ne connaissent pas cette contrainte d'anonymat. Les journalistes spécialisés défense sont de moins en moins, et c'est donc le tout venant qui traite les sujets. Le ministère a aussi une responsabilité dans ce domaine, puisque si les nouveaux venus ont droit à une année d'IHEDN (s'ils ont le bras long), aucun cours, aucun manuel ne livre un fond de sac sensibilisant le journaliste à quelques contraintes du domaine.

(1) un confrère me fait remarquer qu'à Ouaga ou Bamako, il fait plus chaud qu'à Dammartin ou à Paris et Saint Denis, où les interventions du RAID, de la BRI et du GIGN, bien plus médiatisées que celles d'Afrique, n'ont pourtant pas dévoilé de visage d'opérateurs de ces unités. Donc, une question en découle : est-ce le modèle de cagoule du COS qui n'est pas africanisé -trop chaud à porter- ou, comme pour les pièces et les véhicules, manque-t-on aussi de cagoules ?