Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

dimanche 15 novembre 2015

Une guerre ? Mais avec quoi ?

Les discours belliqueux risquent de buter assez vite sur une réalité technique : les opex à répétition et
la bosse des programmes ont réduit la disponibilité des matériels militaires français.
Celle du militaire français n'est pas forcément meilleure : Sentinelle a réduit considérablement la capacité de réaction incarnée par le Guépard, réduit l'entraînement et les préparations opérationnelles. Il ne faut pas oublier que depuis 2008, tous les gouvernements ont réduit de plus de 50.000 le nombre de militaires en France. Aucune manifestation massive de la population, aucun vote de défiance au parlement, ne sont venus contrecarrer cette érosion historique.
Aujourd'hui, c'est la gueule de bois. Après les attaques, on ca se rendre compte que nous ne sommes pas Américains et qu'il n'y aura pas une flopée de missiles de croisière (1) qui vont décoller de frégates, ou que des marines ne vont pas débarquer en Syrie châtier des terroristes.
Difficile de s'étonner, aujourd'hui, qu'il est très long de sélectionner puis de former les nouveaux soldats dont le recrutement a été autorisé par l'actualisation de la loi de programmation militaire (2).
Et en 2016, le CEMAT ne l'a pas caché devant les sénateurs, il sera difficile de tenir les objectifs.
Sur le plan matériel, quelques exemples non limitatifs. L'armée de terre ne déploie actuellement que deux Caïman, cinq Tigre, et pas pour réserver le solde à une future opération en Libye : non, tout ce qui est en état de voler le fait en opérations, avec une toute petite marge de manoeuvre pour la relève et la formation.
Pour les chasseurs, c'est pareil. Il a fallu mobiliser des Mirage 2000C et 2000NK3 pour soulager le système Mirage 2000D (équipage, mécanos, officier rens, ... avions), mis à l'épreuve depuis 1999 sans quasiment discontinuer. En cause, la réduction des enveloppes de MCO, la réduction du format de la chasse (avions et équipages). Pendant le Kosovo, en 1999, quand l'actuel CEMAA était commandant de son escadron, 15 Mirage 2000D étaient déployés, avec des Jaguar, des Mirage 2000C, des Mirage F1CT et F1CR. La plupart de ces avions sont ferraillés, mais en contrepartie, le nombre de Rafale n'a pas suivi (3).
Aujourd'hui, l'armée de l'air déploie une toute petite vingtaine de chasseurs sur Chammal et Barkhane. Certes, cela peut sembler peu, mais la dispersion (quatre sites) ne facilite pas les choses, dispersant les mécanos, les pièces et les nacelles (Damocles, Reco-NG), mais aussi les sotcks de bombes.
Très forte si l'on regarde les jolies synthèses chiffrées, l'armée française est aujourd'hui plus fragile que jamais : le rôle de chef d'orchestre du CEMA ne va qu'en devenir plus difficile.

(1)  Le Scalp-EG n'a été utilisé qu'en Libye, en 2011. Un raid de Scalp était prévu en 2013 en Syrie, mais a été annulé quelques heures avant le décollage. Les frégates FREMM ne sont toujours pas équipées de missiles MdCN, du fait des retards dans ces deux programmes.
(2) qui a oublié de les équiper, d'ailleurs.
(3) pour l'heure, seuls 180 ont été commandés, sur les 294 qui restent la cible du programme. Rien que cette année, l'armée de l'air ne reçoit pas six Rafale qu'elle devait recevoir, partis en Egypte.