Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 10 juillet 2015

L'union sacrée à Satory

A quelques centaines de mètres la base du GIGN, l'unité d'élite de la gendarmerie, la BRI-BAC et le
RAID s'entraînent à défiler pour le 14 juillet, sur les pistes de Nexter. Policiers et gendarmes ont dû adapter leur démarche et leur look habituels, rendus nécessaires par leurs missions de contre-terrorisme, à celui, plus normé, du défilé de la fête nationale.
"On a dû s'entraîner à marcher au pas car on ne le fait pas souvent", reconnaît un des membres de la garde au drapeau du GIGN, qui opère depuis 16 ans à Satory. Lui représente la force d'intervention (FI), le coeur opérationnel de l'unité de 380 hommes et femmes. Dans la garde au drapeau figurent des représentants de toutes les autres forces (sécurité-protection, appui opérationnel, observation-recherche, etc). Le Groupe a décidé de défiler sans grimage : les personnels présents derrière le drapeau, récemment décore de la fourragère de la CVM, ne sont pas au coeur des opérations actuelles.
Par contre, à la BRI-BAC et au RAID, il a fallu s'adapter, car la plupart des défilants sont des opérationnels (1), impliqués dans les dernières opérations. Les policiers porteront pour ces raisons des lunettes et un casque de protection qui contribuent à les anonymiser.

Une des figures de son unité, le porte-drapeau du RAID confesse sans difficulté sa "fierté" de pouvoir défiler face aux Français, le 14 juillet, car c'est la première fois depuis la création de l'unité, qui fête ses 30 ans en octobre.
Régulièrement dans les rues de Paris (et de banlieues) pour leurs missions de surveillance sur le banditisme et le terrorisme, les policiers de la BRI seront eux aussi pour la première fois exposés au regard du public, avec leurs camarades de la brigade d'intervention (BI) de la DOPC, avec lesquels ils forment la brigade anti-commandos (BAC).. En janvier, ils avaient, aux côtés du RAID et du GIGN, traqué les frères Kouachi, avant d'intervenir porte de Vincennes. Ils étaient une vingtaine, sur la partie gauche du commerce, à attendre le "top inter" du RAID, dont deux artificiers leur avaient ouvert une brèche.


A Satory, les trois chefs de détachements débriefent le défilé sur les Champs, réalisé tôt ce matin. A gauche, un commandant du RAID, au centre le chef du GIGN, à droite un commandant de la BRI. (photos Jean-Marc Tanguy)
Le détachement du GIGN, vu de dos, puisque les visages ne sont pas grimés.
Le détachement du RAID, au garde-à-vous, au passage du VLRA.
RAID, GIGN et BRI-BAC au coude-à-coude sur le bitume de Satory, ce matin.
Le détachement de la BRI-BAC compte aussi bien des personnels de la BRI (dépendant du 36 quai des orfèvres) que de la BI.